le-jus-de-betterave-favorise-un-vieillissement-sain

Selon une nouvelle étude menée auprès de personnes âgées de 70 à 80 ans, la consommation de jus de betterave favorise un mélange de bactéries buccales associé à des vaisseaux sanguins et à une fonction cérébrale plus saine.

La consommation de jus de betterave

La betterave – et d’autres aliments comme la laitue, les épinards et le céleri – sont riches en nitrate inorganique, et de nombreuses bactéries buccales jouent un rôle dans la transformation du nitrate en oxyde nitrique, qui aide à réguler les vaisseaux sanguins et la neurotransmission. Les personnes âgées ont tendance à produire moins d’oxyde nitrique, ce qui est associé à une moins bonne santé vasculaire et cognitive.

Dans cette nouvelle étude, menée par l’université d’Exeter, 26 personnes âgées en bonne santé ont participé à deux périodes de supplémentation de dix jours : l’une avec du jus de betterave riche en nitrates et l’autre avec du jus placebo sans nitrates, qu’elles ont bu deux fois par jour.

Les résultats ont montré des niveaux plus élevés de bactéries associées à une bonne santé vasculaire et cognitive, et des niveaux plus faibles de bactéries liées à la maladie et à l’inflammation. La pression artérielle systolique a baissé en moyenne de cinq points après avoir bu le jus de betterave.

Un vieillissement en bonne santé

« Nous sommes très heureux de ces résultats, qui ont des implications importantes pour le vieillissement en bonne santé », a déclaré l’auteur principal, le professeur Anni Vanhatalo, de l’université d’Exeter.

« Nos participants étaient des personnes âgées actives et en bonne santé, avec une pression artérielle généralement bonne », a déclaré Vanhatalo. « Le nitrate alimentaire a réduit leur tension artérielle en moyenne, et nous souhaitons savoir si le même phénomène se produit dans d’autres groupes d’âge et chez les personnes en moins bonne santé.

« Nous travaillons avec des collègues de la faculté de médecine de l’université d’Exeter pour rechercher les interactions entre les bactéries buccales et la cognition, afin de mieux comprendre comment ce régime alimentaire pourrait être utilisé pour retarder le déclin cognitif chez les personnes âgées. »

De nombreuses recherches ont été menées sur les avantages d’un microbiome intestinal sain, mais on en sait beaucoup moins sur la communauté microbienne buccale, qui joue un rôle crucial dans « l’activation » du nitrate provenant d’un régime riche en légumes.

Cette recherche a été publiée dans Redox Biology.

Source : University of Exeter
Crédit photo : Pixabay