un-déclencheur-potentiel-de-la-maladie-de-Crohn
Les personnes vivant avec les effets souvent débilitants de la maladie de Crohn pourraient enfin être soulagées, grâce à une recherche révolutionnaire menée par l’Université McMaster.

Une bactérie impliquée dans la maladie de Crohn

Brian Coombes, chercheur à l’Université McMaster, a déclaré que son équipe a identifié une souche de E-coli adherent-invasif (AIEC) qui est fortement impliquée dans cette maladie et que l’on retrouve souvent dans les intestins des personnes atteintes de la maladie de Crohn.
« Si vous examinez la muqueuse intestinale des patients atteints de la maladie de Crohn, vous constaterez qu’environ 70 à 80 % d’entre eux présentent des résultats positifs pour la bactérie AIEC, mais nous ne comprenons pas pourquoi », a déclaré M. Coombes, professeur et directeur du département de biochimie et de sciences biomédicales, et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en pathogénie des maladies infectieuses.
« Nous pensons que l’AIEC est un déclencheur potentiel de la maladie de Crohn ». En faisant muter chaque gène d’une souche particulière d’AIEC et en testant la croissance de ces mutants chez la souris, les chercheurs ont pu identifier les gènes qui permettent à cette bactérie de coloniser librement les parois intestinales des personnes atteintes de la maladie de Crohn.
Les bactéries AIEC se développent dans un biofilm qui recouvre les cellules de la paroi intestinale, les protégeant à la fois du système immunitaire et des antibiotiques. Dans cette recherche, l’équipe a identifié une structure protéique à la surface de cette bactérie qui lui permet de se développer en biofilms.
Selon le professeur Coombes, la maladie de Crohn est causée par l’incapacité du système immunitaire à « éteindre » sa réponse inflammatoire aux bactéries intestinales. Les symptômes comprennent des diarrhées sévères, la fatigue, la perte de poids, malnutrition et les douleurs abdominales.

Un futur traitement

Les traitements actuels se concentrent sur l’atténuation de l’inflammation, mais ne s’attaquent pas à la cause profonde de cette maladie. « Nous avons fait un pas de plus vers la compréhension de la façon dont cette bactérie associée à la maladie de Crohn vit dans l’intestin et, lorsque nous y parviendrons, nous pourrons développer de nouveaux traitements », a déclaré M. Coombes.
Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.
Source : McMaster University
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Un déclencheur potentiel de la maladie de CrohnmartinBiologie
Les personnes vivant avec les effets souvent débilitants de la maladie de Crohn pourraient enfin être soulagées, grâce à une recherche révolutionnaire menée par l'Université McMaster. Une bactérie impliquée dans la maladie de Crohn Brian Coombes, chercheur à l'Université McMaster, a déclaré que son équipe a identifié une souche de E-coli...