une-injection-inverse-la-cécité-de-certains-patients
Un patient de Penn Medicine atteint d’une forme génétique de cécité infantile a retrouvé la vue, qui a duré plus d’un an, après avoir reçu une seule injection d’une thérapie d’ARN expérimentale dans l’œil. Cet essai clinique a été mené par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie. Les résultats de ce cas, montrent que ce traitement a entraîné des changements marqués au niveau de la fovéa, le lieu le plus important de la vision centrale humaine.

Une thérapie d’ARN expérimentale

Ce traitement a été conçu pour les patients atteints d’amaurose congénitale de Leber (ACL) – un trouble oculaire qui affecte principalement la rétine – qui présentent une mutation CEP290, l’un des gènes les plus fréquemment impliqués chez les patients atteints de cette maladie. Les patients atteints de cette forme d’ACL souffrent d’une grave déficience visuelle, qui commence généralement dans la petite enfance.
« Nos résultats établissent une nouvelle norme quant aux améliorations biologiques potentielles avec le traitement par oligonucléotides antisens dans l’ACL causée par les mutations CEP290 », a déclaré le coauteur principal Artur V. Cideciyan. « Fait important, nous avons établi un comparateur pour les thérapies d’édition des gènes actuellement en cours pour la même maladie, ce qui permettra de comparer les mérites relatifs de deux interventions différentes. »
Dans un essai clinique international mené à Penn Medicine par Cideciyan et Samuel G. Jacobson, les participants ont reçu une injection intraoculaire d’un oligonucléotide antisens appelé sepofarsen. Cette courte molécule d’ARN agit en augmentant les niveaux de la protéine CEP290 dans les photorécepteurs de l’œil et en améliorant la fonction rétinienne dans des conditions de vision diurne.

Il est lent à agir mais ses effets sont durables

Après une seule injection de sepofarsen, plus d’une douzaine de mesures de la fonction visuelle et de la structure de la rétine ont montré des améliorations importantes, confirmant l’effet biologique du traitement. L’une des principales conclusions de cette étude est que cet effet biologique a été relativement lent à se manifester. Les chercheurs ont constaté une amélioration de la vision après un mois, mais la vision du patient a atteint un effet maximal après le deuxième mois. Le plus frappant, c’est que ces améliorations se sont maintenues lors de tests effectués plus de 15 mois après la première et unique injection.
Selon les chercheurs, la durabilité prolongée de l’amélioration de la vision était inattendue et a des implications pour le traitement d’autres ciliopathies. L’une des raisons pour lesquelles l’oligonucléotide antisens s’est avéré efficace dans le traitement de cette maladie rare, selon les chercheurs, est que ces minuscules molécules d’ARN sont suffisamment petites pour pénétrer dans le noyau cellulaire, mais ne sont pas éliminées très rapidement, de sorte qu’elles restent assez longtemps pour faire leur travail.

Des thérapies pour d’autres troubles rétiniens

« Il y a maintenant, du moins dans le domaine de l’œil, une série d’essais cliniques utilisant des oligonucléotides antisens pour différentes anomalies génétiques, suite au succès des travaux des docteurs Cideciyan et Jacobson associée au CEP290 », a déclaré Joan O’Brien, médecin, directeur du département d’ophtalmologie. Pour les études futures, les auteurs de Penn prévoient des thérapies génétiques spécifiques pour d’autres troubles rétiniens héréditaires cécitants actuellement incurables.
Cette recherche a été publiée dans Nature Medicine.
Source : Penn Medicine
Crédit photo : StockPhotoSecrets