le-lieu-de-vie-a-un-impact-sur-la-fertilité-masculine
De nouvelles recherches, menées par des scientifiques de l’Université de Nottingham, suggèrent que l’environnement dans lequel vivent les hommes peut affecter leur santé reproductive.

La santé reproductive des hommes

Cette recherche a examiné les effets de l’emplacement géographique sur les produits chimiques polluants trouvés dans les testicules des chiens, dont certains sont connus pour affecter la santé reproductive. Cette recherche unique s’est concentrée sur les chiens car, en tant qu’animal de compagnie populaire, ils partagent le même environnement que les humains et sont exposés aux mêmes produits chimiques domestiques que leurs propriétaires.
L’équipe a également recherché des signes d’anomalies dans les testicules. Les résultats ont montré que les produits chimiques présents et l’étendue des anomalies dans les testicules étaient différents selon l’endroit où le chien avait vécu.
Les chercheurs ont analysé les testicules de chiens, qui avaient été prélevés pour des raisons cliniques de routine, afin de déterminer quels produits chimiques polluants étaient présents dans les tissus. Les échantillons ont été prélevés dans tout le Royaume-Uni, ainsi qu’au Danemark et en Finlande.

Des différences géographiques

Le Dr Rebecca Sumner, de l’école de médecine et de sciences vétérinaires de l’université, et auteur principal de cette étude, a déclaré : « pour la première fois, nous avons montré que le profil des polluants chimiques trouvés dans les testicules des chiens dépend de leur provenance. Nous avons également montré que les mêmes cohortes de testicules de chiens présentent également des différences géographiques dans la pathologie testiculaire et des preuves d’un déséquilibre dans les cellules qui sont importantes pour la production de sperme. »
Le Dr Richard Lea, chef de l’équipe, a déclaré : « bien que cette étude suggère qu’il y a moins de pathologies dans les testicules de chiens de Finlande par rapport à d’autres endroits, établir un lien avec les produits chimiques détectés est difficile, d’autant plus que de nombreux autres polluants peuvent également être présents.
« Nous pensons que cette étude est d’une importance capitale, car notre stratégie consistant à utiliser le chien comme espèce sentinelle pour l’homme nous a permis de nous concentrer directement sur les testicules, où les substances chimiques sont susceptibles d’influencer la fonction reproductive masculine. »

Tenir compte de ce nouveau facteur

Le professeur Gary England, doyen de l’école de médecine et de sciences vétérinaires, a déclaré : « ces travaux sont importants car, collectivement, ces résultats indiquent que les expositions environnementales sont déterminées par le lieu et que cela peut sous-tendre les différences régionales dans la santé reproductive masculine et que pour déployer des stratégies contre la diminution de la fertilité masculine, il faudra tenir compte de ce nouveau facteur. »
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : University of Nottingham
Crédit photo : StockPhotoSecrets