le-risque-de-démence-double-dans-deux-déficiences

Les personnes âgées qui commencent à perdre à la fois la vue et l’ouïe courent un risque accru de développer une démence. Gihwan Byeon, de l’hôpital universitaire national de Kangwon, en Corée du Sud, et ses collègues ont étudié 6 250 personnes, âgées de 58 à 101 ans, pendant six ans.

Une étude sur la démence

Au début de cette étude, ils ont demandé à chaque personne d’évaluer sa propre capacité à voir et à entendre. Les participants ont également subi des tests cognitifs tous les deux ans. L’équipe a constaté que 7,6 % des personnes ayant déclaré à la fois une perte de vision et d’audition étaient atteintes de démence au début de l’étude, et que 7,4 % l’ont développée dans les six ans.

Dans le même temps, seulement 2,4 % des personnes ayant uniquement une perte de vision ou une perte d’audition étaient atteintes de démence au début de l’étude, et 2,9 % l’ont développée à la fin de l’étude.

En tenant compte d’autres facteurs influençant la démence, tels que le sexe, l’éducation et le revenu, les chercheurs estiment que les personnes souffrant à la fois d’une déficience visuelle et d’une déficience auditive sont deux fois plus susceptibles de développer une démence, que les personnes souffrant d’une seule ou d’aucune de ces déficiences.

Ces résultats sont « très intéressants », déclare Jason Warren de l’University College London, qui n’a pas participé à cette étude. Cependant, ces résultats doivent être considérés avec prudence, ajoute-t-il, car la perte d’audition et de vision a été auto-déclarée et non mesurée directement.

Des résultats qui donnent un aperçu du déclin cognitif

Malgré tout, ces résultats pourraient donner un aperçu du déclin cognitif que connaissent les personnes souffrant de pertes auditives et visuelles, déclare Warren. « Nous voyons et entendons avec notre cerveau, et le premier signe d’un cerveau défaillant dans la démence, pourrait bien être une incapacité à naviguer dans les environnements sensoriels complexes de la vie quotidienne », dit-il.

Byeon se demande si le cerveau des personnes souffrant à la fois d’une perte d’audition et de vision n’a pas du mal à compenser cette perte des sens. Habituellement, les personnes souffrant de déficience visuelle développent une meilleure audition pour compenser, et les personnes souffrant de déficience auditive se fient davantage à leur vision pour les aider, dit-il. « Il se peut que cette double déficience sensorielle ne soit pas compensée, ce qui rend le cerveau plus vulnérable à la démence », ajoute-t-il.

Cette recherche a été publiée dans Neurology.

Source : New Scientist
Crédit photo : StockPhotoSecrets