la-sinusite-chronique-peut-altérer-activité-cérébrale
Les millions de personnes qui souffrent de sinusite chronique, n’ont pas seulement le nez bouché et des douleurs aux sinus, elles ont aussi souvent du mal à se concentrer, et souffrent de dépression et d’autres symptômes qui impliquent une participation du cerveau à leur maladie.

La sinusite et ses symptômes cognitifs

De nouvelles recherches établissent un lien entre l’inflammation des sinus et les altérations de l’activité cérébrale, plus précisément avec les réseaux neuronaux qui modulent la cognition, l’introspection et la réponse aux stimuli externes.
« Nous savons, grâce à des études antérieures, que les patients atteints de sinusite décident souvent de consulter un médecin non pas parce qu’ils ont le nez qui coule et une pression dans les sinus, mais parce que cette maladie affecte leur façon d’interagir avec le monde : ils ne peuvent pas être productifs, il leur est difficile de réfléchir, ils ne dorment pas bien. Cette maladie a un impact considérable sur leur qualité de vie. Maintenant, nous avons un mécanisme prospectif pour ce que nous observons cliniquement. »
Cette affection peut nécessiter un traitement pendant plusieurs années, généralement sous antibiotiques. Les cycles répétés d’inflammation et de réparation épaississent les tissus des sinus, un peu comme une peau calleuse. Une intervention chirurgicale peut résoudre le problème, mais les symptômes peuvent également réapparaître.

Une étude avec 1 206 participants

Les chercheurs ont utilisé une cohorte d’étude à partir du projet Connectome humain, un ensemble de données en libre accès, axé sur le cerveau, composé de 1 206 adultes en bonne santé âgés de 22 à 35 ans. Ces données comprenaient des scans et des mesures cognitives et comportementales.
Les scanners leur ont permis d’identifier 22 personnes souffrant d’une inflammation modérée ou grave des sinus, ainsi qu’un groupe témoin de 22 personnes, appariées par l’âge et le sexe, sans inflammation des sinus. Les scans d’IRM fonctionnelle (IRMf), qui détectent le flux sanguin cérébral et l’activité neuronale, ont montré ces caractéristiques distinctives chez les sujets de cette étude :

  • Une diminution de la connectivité fonctionnelle dans le réseau frontopariétal, une plaque tournante régionale pour la fonction exécutive, le maintien de l’attention et la résolution de problèmes ;
  • Une connectivité fonctionnelle accrue à deux nœuds du réseau du mode par défaut, qui influence l’autoréférence et est actif pendant le repos et le vagabondage de l’esprit ;
  • Une diminution de la connectivité fonctionnelle dans le réseau de saillance, qui est impliqué dans la détection et l’intégration des stimuli externes, la communication et le comportement social.

L’ampleur des différences d’activité cérébrale observées dans le groupe étudié correspondait à la gravité de l’inflammation des sinus chez les sujets, a déclaré la docteure Ania Jafari.
Cependant, malgré les modifications de l’activité cérébrale, aucun déficit significatif n’a été observé dans les tests comportementaux et cognitifs des participants du groupe d’étude, a déclaré le Dr Kristina Simonyan. Toutefois, il est plausible, a-t-elle ajouté, que ces changements puissent provoquer des symptômes plus significatifs sur le plan clinique si la sinusite chronique n’est pas traitée. « Il est également possible que nous ayons détecté les marqueurs précoces d’un déclin cognitif où l’inflammation des sinus agit comme un déclencheur prédisposant ou un facteur prédictif », a déclaré Simonyan.

Prendre conscience de la détresse de ces personnes

Dans l’ensemble, a-t-il ajouté, cette étude peut aider les oto-rhino-laryngologistes à prendre conscience de la détresse moins évidente que ressentent de nombreux patients atteints de sinusite chronique. « Nos soins ne devraient pas se limiter à soulager les symptômes physiques les plus manifestes, mais prendre en compte tout le fardeau que cette maladie chez les patients engendre. »
Cette recherche a été publiée dans JAMA Otolaryngology-Head & Neck Surgery.
Source : University of Washington
Crédit photo : StockPhotoSecrets