utiliser-humour-contre-la-désinformation-scientifique
La désinformation dans les débats publics sur des questions scientifiques telles que la vaccination et le changement climatique, peut être trouvée partout sur Internet, en particulier sur les médias sociaux. Dans une nouvelle étude, Sara K. Yeo, professeure associée de communication à l’université de l’Utah, examine pourquoi il est si difficile de détecter les fausses informations scientifiques et suggère que l’humour peut aider à combattre ce problème.

Combattre la désinformation scientifique

Mme Yeo et sa collègue Meaghan McKasy, affirment que des connaissances limitées en matière de sciences et de médias, associées à des contraintes structurelles telles que la diminution du nombre de journalistes scientifiques et du nombre de journaux locaux, réduisent la capacité à discerner les faits des faussetés. Les lecteurs ont également tendance à utiliser des raccourcis mentaux – façonnés par l’idéologie politique, les valeurs religieuses et les préjugés inconscients – pour passer au crible le déluge d’informations, ce qui peut compliquer la capacité à identifier les fausses nouvelles.
« Les fausses informations sont souvent présentées ou encadrées de manière simpliste et émotionnelle », a déclaré M. Yeo. Prenons l’exemple du « piège à clics » en ligne : ces contenus ont souvent des titres captivants qui mettent en avant des informations apparemment scandaleuses. Cela encourage l’utilisation de raccourcis mentaux, ce qui peut rendre difficile la détection et l’analyse des faussetés. »
Selon Yeo et McKasy, les émotions fortes suscitées par le piège à clics, peuvent altérer la capacité d’une personne à traiter l’information de manière rationnelle, mais l’effet des émotions sur la détection et l’acceptation des fausses informations n’est pas simple. Cependant, les progrès de la recherche sur l’émotion et, de manière connexe, sur l’humour, dans la communication scientifique révèlent comment ils peuvent être utilisés comme stratégies pour résoudre ce problème.

L’humour a le potentiel d’être une défense

L’humour est omniprésent dans la vie quotidienne et dans la communication humaine. La science ne fait pas exception : les blagues scientifiques abondent en ligne sous des hashtags tels que #overlyhonestmethods et #fieldworkfail. À une époque de désinformation, l’humour a le potentiel d’être une défense contre les fausses nouvelles, mais selon Yeo et McKasy, il faut mieux comprendre comment l’humour influence les attitudes envers la science.
« Une science drôle peut attirer l’attention sur des questions qui ne sont peut-être pas à l’ordre du jour du public et peut même aider à attirer l’attention sur des informations précieuses et précises intégrées dans une blague. L’humour a également un impact sur la façon dont nous traitons les informations sur la science, pour former des attitudes et des intentions comportementales. »
En outre, l’humour est lié à l’évaluation que les gens font d’une source d’information et il peut humaniser et rendre une source plus sympathique. Les récentes recherches de Yeo montrent que les scientifiques qui utilisent l’humour sont perçus comme plus sympathiques tout en conservant leur crédibilité en tant qu’experts. Selon leur article, Yeo et McKasy pensent qu’il n’existe pas de solution unique ou simple au problème de la désinformation scientifique, mais que la meilleure approche, la plus réaliste, consiste à combiner plusieurs stratégies.

Des stratégies qui doivent demeurer éthique 

« Comprendre comment l’émotion et l’humour façonnent la compréhension de la science par le public est une ressource supplémentaire qui peut aider les  communicateurs dans leurs efforts pour combattre la désinformation. Bien sûr, les stratégies doivent être utilisées de manière éthique et la façon dont les meilleures pratiques sont traduites à partir de la recherche dépend des objectifs de la communication. Il est essentiel que nous engagions un dialogue sur les considérations éthiques auxquelles est confrontée la communication scientifique à l’ère des médias numériques. »
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : University of Utah
Crédit photo : Pexels