la-viande-rouge-et-les-maladies-cardiaques
Une étude observationnelle menée auprès de près de 20 000 personnes a révélé qu’une consommation plus importante de viande rouge et de viande transformée est associée à une dégradation de la fonction cardiaque. Cette recherche est présentée à l’ESC Preventive Cardiology 2021, un congrès scientifique en ligne de la Société européenne de cardiologie (ESC).

Une étude sur la viande rouge

« Des études antérieures ont montré des liens entre une plus grande consommation de viande rouge et un risque accru de crise cardiaque ou de décès par maladie cardiaque », a déclaré l’auteur de cette étude, le Dr Zahra Raisi-Estabragh de l’Université Queen Mary de Londres. « Pour la première fois, nous avons examiné les relations entre la consommation de viande et les mesures d’imagerie de la santé cardiaque. Cela pourrait nous aider à comprendre les mécanismes qui sous-tendent les liens précédemment observés avec les maladies cardiovasculaires. »
Cette étude a porté exactement sur 19 408 participants de la UK Biobank. Les chercheurs ont examiné les associations entre la consommation autodéclarée de viande rouge et transformée et l’anatomie et la fonction cardiaques.
Trois types de mesures cardiaques ont été analysés. Premièrement, les évaluations par résonance magnétique cardiovasculaire (CMR) de la fonction cardiaque utilisées en pratique clinique, telles que le volume des ventricules et les mesures de la fonction de pompage des ventricules. Deuxièmement, la nouvelle radiomique CMR qui est utilisée dans la recherche pour extraire des informations détaillées des images du cœur telles que la forme et la texture (qui indique la santé du muscle cardiaque). Troisièmement, l’élasticité des vaisseaux sanguins (les artères extensibles sont plus saines).
L’analyse a été ajustée pour tenir compte d’autres facteurs susceptibles d’influencer la relation, notamment l’âge, le sexe, les privations, l’éducation, le tabagisme, l’alcool, l’exercice physique, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, le diabète et l’indice de masse corporelle (IMC) comme mesure de l’obésité.

Une santé cardiaque moins bonne

Les chercheurs ont constaté qu’une consommation plus importante de viande rouge et de viande transformée était associée à des mesures d’imagerie de la santé cardiaque moins bonnes, et ce pour toutes les mesures étudiées. Plus précisément, les personnes consommant davantage de viande avaient des ventricules plus petits, une fonction cardiaque moins bonne et des artères plus rigides – autant de marqueurs d’une mauvaise santé cardiovasculaire.
À titre de comparaison, les chercheurs ont également testé les relations entre les mesures d’imagerie cardiaque et la consommation de poissons gras, qui a été précédemment liée à une meilleure santé cardiaque. Ils ont constaté qu’à mesure que la consommation de poissons gras augmentait, la fonction cardiaque s’améliorait et les artères étaient plus tendues.

Des résultats qui confirment les observations antérieures

Le Dr Raisi-Estabragh a déclaré : « ces résultats confirment les observations antérieures liant la consommation de viande rouge et de viande transformée aux maladies cardiaques et apportent un éclairage unique sur les liens avec la structure et la fonction cardiaques et vasculaires. » Les associations entre les mesures d’imagerie de la santé cardiaque et la consommation de viande n’étaient que partiellement expliquées par l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, le diabète et l’obésité.
« Il a été suggéré que ces facteurs pourraient être la raison de la relation observée entre la viande et les maladies cardiaques », a déclaré le Dr Raisi-Estabragh. « Par exemple, il est possible qu’une plus grande consommation de viande rouge entraîne une augmentation du taux de cholestérol dans le sang, ce qui provoque à son tour des maladies cardiaques. Notre étude suggère que ces quatre facteurs jouent un rôle dans les liens entre la consommation de viande et la santé cardiaque, mais qu’ils ne sont pas les seuls. »

Limiter sa consommation de viande rouge

Elle note que cette étude n’a pas examiné les mécanismes alternatifs. Mais elle a ajouté : « il existe des preuves que la viande rouge altère le microbiome intestinal, entraînant des niveaux plus élevés de certains métabolites dans le sang, qui ont à leur tour été liés à un risque accru de maladie cardiaque. » Le Dr Raisi-Estabragh a déclaré : « il s’agissait d’une étude observationnelle et la causalité ne peut pas être supposée. Mais en général, il semble judicieux de limiter sa consommation de viande rouge et de viande transformée pour des raisons de santé cardiaque. »
Source : European Society of Cardiology
Crédit photo : Pexels