une-pome-ionique-libère-des-anticancéreux-au-cerveau
« C’est la première fois qu’une pompe à ions est testée comme méthode de traitement des tumeurs cérébrales malignes. Nous avons utilisé des cellules cancéreuses en laboratoire, et les résultats sont extrêmement prometteurs. », dit Daniel Simon.

Des résultats extrêmement prometteurs

Les scientifiques ont utilisé des cellules de glioblastome, qui est le type de cancer le plus courant et le plus agressif pouvant apparaître dans le cerveau. Lorsqu’une tumeur cérébrale est enlevée chirurgicalement, de petites parties de la tumeur sont souvent laissées derrière, encastrées entre les cellules du cerveau.
Les parois des petits vaisseaux sanguins du cerveau sont beaucoup moins perméables que celles des vaisseaux sanguins du reste du corps, et peuvent empêcher de nombreuses substances présentes dans le sang de pénétrer dans le cerveau. Ainsi, seuls quelques médicaments qui agissent contre le cancer peuvent passer à travers – ce que les chercheurs nomment la barrière hémato-encéphalique.
Des scientifiques de l’université de Linköping et de l’université de médecine de Graz ont maintenant mis au point une méthode permettant d’utiliser une pompe ionique implantée pour contourner la barrière hémato-encéphalique et administrer la gemcitabine – un agent chimiothérapeutique extrêmement efficace qui ne peut normalement pas passer la barrière hémato-encéphalique – directement dans le cerveau avec une grande précision.

Un dosage précis

Lorsque la pompe ionique doit transporter la gemcitabine d’un réservoir d’électrolyte vers des cellules ou une tumeur, un faible courant est utilisé pour « pomper » le médicament chargé positivement à travers un canal de transport ionique. Cette méthode est connue sous le nom d’électrophorèse. Cette pompe ionique n’a besoin que d’un faible courant pour pomper la gemcitabine, ce qui est un avantage car cela limite grandement le risque que les cellules du cerveau soient activées et transmettent des signaux nerveux involontaires.
« La pression à l’intérieur du cerveau est extrêmement sensible, et l’utilisation d’une pompe ionique pour transporter le médicament au lieu d’un dispositif entraîné par un fluide, signifie que la pression n’est pas affectée. De plus, le dosage est contrôlé par une charge électrique, ce qui rend l’apport de l’agent chimiothérapeutique extrêmement précis.
La prochaine étape consistera à utiliser cette pompe ionique pour évaluer différents agents chimiothérapeutiques qui ont auparavant donné des effets indésirables trop graves ou qui ne parviennent pas à passer la barrière hémato-encéphalique », précise-t-il.

Une technologie pour de futurs traitements

Toutefois, il faudra probablement attendre cinq à dix ans avant de voir cette nouvelle technologie utilisée dans le traitement des tumeurs cérébrales », déclare Daniel Simon, professeur associé au laboratoire d’électronique organique du département des sciences et des technologies de l’université de Linköping.
Cette recherche a été publiée dans Advanced Materials Technologies.
Source : Linköping University
Crédit photo : StockPhotoSecrets