les-effets-des-microplastiques-chez-humain
La pollution due aux minuscules morceaux de plastique, ou microplastiques, préoccupe de plus en plus les scientifiques, les défenseurs de la santé publique et les écologistes, car ces déchets non dégradables se retrouvent de plus en plus dans les cours d’eau et même dans l’air que nous respirons.

Les microplastiques

Maintenant, une équipe de chercheurs de l’université d’État de Floride étudie les effets de l’inhalation et de l’ingestion de ces minuscules particules sur les humains au niveau cellulaire. Les chercheurs ont constaté que l’exposition à des microplastiques pendant quelques jours seulement, entraînait un ralentissement du métabolisme et de la croissance des cellules pulmonaires humaines. Ces résultats soulèvent des questions quant aux effets à long terme des microplastiques sur la santé humaine, en particulier chez les personnes souffrant déjà de troubles respiratoires.
L’équipe a exposé des cellules pulmonaires dans une boîte de Pétri à de petites quantités de polystyrène (le polystyrène existe dans de nombreux articles à usage unique) à des niveaux couramment trouvés dans l’environnement et a constaté que, bien que ce plastique n’ait pas causé la mort des cellules, il a provoqué des changements.
Après seulement quelques jours, ils ont constaté que les processus métaboliques des cellules avaient ralenti, que la prolifération cellulaire était inhibée, que la forme des cellules s’était transformée et que le délitement s’était produit. En outre, l’équipe a constaté que les particules de microplastiques avaient été absorbées par ces cellules et avaient formé un anneau autour du noyau des cellules.

Les effets des microplastiques sur la santé

L’équipe de recherche a déclaré que cette étude constituait une première étape dans la compréhension des effets des microplastiques sur la santé humaine, mais que ces résultats soulignaient réellement les préoccupations soulevées précédemment quant aux effets des microplastiques, en particulier pour les personnes souffrant de troubles respiratoires tels que le cancer du poumon, l’asthme, l’emphysème, la pneumonie, la fibrose ou la bronchopneumopathie chronique obstructive.
Les chercheurs ont précisé que, bien qu’ils aient exposé les cellules à des niveaux de microplastiques courants dans l’environnement, ils les ont directement exposées à une solution liquide. Le processus d’inspiration et d’expiration ne pouvait être imité et pouvait potentiellement affecter la quantité qu’une personne inhale et ingère.
« Nous ne voulons pas surestimer les effets nocifs des microplastiques sur la santé humaine », a déclaré Qing-Xiang “Amy” Sang. « La raison pour laquelle les plastiques sont largement utilisés est que ce sont de bons matériaux pour l’industrie, la construction, les fournitures médicales et de recherche, et les produits de consommation. Mais il peut y avoir des effets indésirables à long terme qui pourraient être particulièrement néfastes pour les nourrissons en pleine croissance et les personnes souffrant de maladies pulmonaires. Nous devons mener des recherches afin de mieux comprendre le coût potentiel pour la santé humaine. »
Cette recherche a été publiée dans Chemical Research in Toxicology.
Source : Florida State University
Crédit photo : StockPhotoSecrets

martinPollution
La pollution due aux minuscules morceaux de plastique, ou microplastiques, préoccupe de plus en plus les scientifiques, les défenseurs de la santé publique et les écologistes, car ces déchets non dégradables se retrouvent de plus en plus dans les cours d'eau et même dans l'air que nous respirons. Les microplastiques Maintenant,...