la-piperlongumine-contre-le-glioblastome
La piperlongumine, un composé chimique présent dans la plante indienne du poivre long (Piper longum), est connue pour tuer les cellules cancéreuses dans de nombreux types de tumeurs, y compris les tumeurs cérébrales.

La piperlongumine contre le glioblastome

Maintenant, une équipe internationale comprenant des chercheurs de la Perelman School of Medicine de l’Université de Pennsylvanie a mis en lumière l’un des modes d’action de la piperlongumine dans des modèles animaux – et a confirmé sa forte activité contre le glioblastome, l’un des types de cancer du cerveau les moins traitables.
Les chercheurs ont montré en détail comment la piperlongumine se lie à une protéine appelée TRPV2 et en entrave l’activité. Cette protéine est surexprimée dans le glioblastome et semble favoriser la progression du cancer. Les scientifiques ont constaté que le traitement à la piperlongumine réduisait radicalement les tumeurs de glioblastome et prolongeait la durée de vie de deux modèles murins de ce cancer, et qu’il détruisait également de manière sélective les cellules de glioblastome prélevées sur des patients humains.
« Cette étude nous donne une image beaucoup plus claire du mode d’action de la piperlongumine contre le glioblastome et nous permet en principe de mettre au point des traitements encore plus puissants », a déclaré la coauteure principale de cette étude, Vera Moiseenkova-Bell, professeur associé de pharmacologie.
Ce projet a commencé par une vaste recherche sur la manière dont la piperlongumine exerce un effet anticancéreux. L. Bernardes et ses collègues ont utilisé une stratégie avancée d’apprentissage automatique pour déterminer que ce composé interagit probablement avec une famille de protéines appelées canaux ioniques TRP.

Un hydrogel changé de piperlongumine 

Les cancers du cerveau comme le glioblastome sont difficiles à traiter avec des médicaments ordinaires, en partie parce que les molécules médicamenteuses ne passent généralement pas facilement de la circulation sanguine au cerveau. L’équipe a donc conçu un échafaudage de type hydrogel qui peut être rempli de piperlongumine et implanté.
Ils ont montré dans deux modèles différents de glioblastomes chez la souris que leur échafaudage rempli de piperlongumine, libère ce composé dans la zone d’une tumeur pendant environ huit jours à la fois, détruisait presque complètement les glioblastomes et prolongeait considérablement la survie des souris au-delà de celle des souris non traitées. Les chercheurs ont obtenu des résultats similaires contre des cellules de glioblastome provenant de patients humains.

Un inhibiteur encore plus puissant

Bernardes et ses collègues travaillent maintenant à développer leur approche dans le cadre d’autres études précliniques, dans l’espoir de la tester un jour dans des essais cliniques sur des patients atteints de glioblastome. En outre, les découvertes structurelles de Moiseenkova-Bell permettront aux chercheurs d’expérimenter la piperlongumine et ses versions modifiées pour mettre au point un inhibiteur encore plus puissant et plus sélectif du TRPV2.
Moiseenkova-Bell et son laboratoire recherchent également les mécanismes moléculaires du déclenchement de TRPV2 et, plus généralement, les fonctions de TRPV2 dans le corps humain.
Cette recherche a été publiée dans ACS Central Science.
Source : University of Pennsylvania School of Medicine
Crédit photo : StockPhotoSecrets