des-marqueurs-sanguins-révèlent-une-crise-cardiaque
Lorsqu’un patient arrive à l’hôpital avec une douleur thoracique. Les médecins soupçonnent une crise cardiaque et un diagnostic rapide est important, mais les tests pour le confirmer peuvent être invasifs et il pourrait facilement s’agir d’autre chose. Un simple test sanguin pourrait-il permettre d’écarter la possibilité d’une crise cardiaque de manière non invasive ?

Un test sanguin 

C’est ce que suggère une nouvelle étude. Cette étude a identifié des marqueurs révélateurs dans le sang des patients victimes d’une crise cardiaque qui les distinguent des patients souffrant de douleurs thoraciques ayant d’autres causes.
Si vous avez déjà souffert d’une douleur thoracique, la possibilité d’une crise cardiaque vous a peut-être traversé l’esprit. Si la douleur thoracique est un symptôme important pour les crises cardiaques, il existe toute une série d’autres affections qui peuvent provoquer des symptômes similaires, et beaucoup d’entre elles ne sont pas graves. Si un patient se présente à l’hôpital avec une douleur thoracique, les médecins doivent rapidement déterminer si une crise cardiaque est en cause. Un traitement précoce est important pour limiter les dommages qui se produisent.
Actuellement, cela peut impliquer une coronarographie, au cours de laquelle un cathéter est placé dans les vaisseaux sanguins du cœur. Bien qu’efficace, l’angiographie est invasive, et vous ne souhaitez pas la subir si elle n’est pas nécessaire. En outre, dans les hôpitaux très fréquentés ou disposant de peu de ressources, l’angiographie n’est pas toujours disponible à temps. Un autre test consiste à prélever un échantillon de sang pour vérifier la présence de protéines indiquant une atteinte du muscle cardiaque. Cependant, ces marqueurs sont parfois peu fiables et peuvent être élevés par d’autres pathologies.

Une « empreinte digitale » d’une crise cardiaque

Ces problèmes ont incité des scientifiques à rechercher de nouveaux marqueurs dans le sang qui constituent une « empreinte digitale » unique pour une crise cardiaque. Ils se sont tournés vers de petites molécules, appelées métabolites, qui sont produites au cours de processus biochimiques dans le corps.
Les chercheurs ont recueilli des échantillons de sang de 146 patients qui se sont présentés à un hôpital avec des douleurs thoraciques et de 84 volontaires sains. Sur les 146 patients souffrant de douleurs thoraciques, 85 ont été confirmés ultérieurement comme ayant subi une crise cardiaque, les autres souffrant de douleurs thoraciques dues à d’autres causes.
Il est frappant de constater qu’en analysant ces échantillons, les chercheurs ont trouvé une série de métabolites présents en quantités différentes, et ces  différences étaient suffisamment significatives pour qu’ils puissent distinguer les échantillons provenant de patients victimes d’une crise cardiaque, de ceux souffrant de douleurs thoraciques non liées à une crise cardiaque et des volontaires sains. Trois métabolites se sont révélés particulièrement prometteurs en tant que marqueurs de diagnostic.

Trois métabolites en tant que marqueurs potentiels

« Même après avoir pris en compte d’autres facteurs de risque cardiaque tels que l’hypertension, le tabagisme et les antécédents de diabète, les métabolites désoxyuridine, homosérine et méthionine ont obtenu des scores élevés en tant que marqueurs potentiels de diagnostic et de risque de crise cardiaque », explique le Dr Jiye Aa de l’Université pharmaceutique de Chine.
En réalité, un patient suspecté de crise cardiaque subira probablement plusieurs tests avant que la crise cardiaque ne soit confirmée, mais l’élargissement de l’arsenal de tests fiables disponibles sera utile aux médecins pour réduire rapidement le nombre de cas. Les chercheurs prévoient de mener des analyses pour évaluer pourquoi et comment ces biomarqueurs sont impliqués dans les crises cardiaques.  Les chercheurs espèrent que ces résultats permettront de mettre au point de nouveaux tests de diagnostic des crises cardiaques.
Cette recherche a été publiée dans Frontiers in Cardiovascular Medicine.
Source : Frontiers
Crédit photo : Pexels