un-nouvelle-vie-pour-les-résidus-de-raisins
Chaque année, la Californie produit près de 4 millions de tonnes de vin de classe mondiale, mais cette production s’accompagne de milliers de tonnes de résidus tels que les peaux, les pépins, les tiges et la pulpe de raisin. Et si les scientifiques pouvaient mettre ces déchets viticoles au service de la santé humaine ?

Plusieurs composés bénéfiques

C’est peut-être possible, selon de nouvelles recherches menées par des spécialistes de l’alimentation de l’université de Californie à Davis. Dans une étude l’équipe a découvert une multitude de composés et de molécules de sucre potentiellement bénéfiques pour la santé, appelés oligosaccharides, dans le marc de raisin de chardonnay.
Les oligosaccharides sont présents dans de nombreux tissus végétaux et animaux, y compris le lait maternel humain. Des avancées récentes ont révélé le vaste potentiel des oligosaccharides pour soutenir la santé intestinale.
« Nous avons été surpris par la diversité des oligosaccharides présents dans le raisin de chardonnay, notamment par la présence d’éléments structurels que l’on retrouve dans le lait maternel », a déclaré Amanda Sinrod, auteur principal et candidate à la maîtrise travaillant avec le professeur Daniela Barile.
L’équipe de l’UC Davis a analysé la composition moléculaire des résidus de chardonnay fournis par Jackson Family Wines et Sonomaceuticals, une société fondée par deux femmes d’affaires de l’industrie alimentaire pour développer de nouvelles utilisations des déchets de la viticulture. Le marc de raisin représente environ 30 % de la matière première du raisin de cuve, et une grande partie est laissée à l’abandon au Soleil.

Les oligosaccharides alimentent une souche de bactérie

Les chercheurs de l’UC Davis ont été parmi les premiers à décoder la magie des oligosaccharides dans le lait maternel. Les molécules de sucre ne nourrissent pas directement le jeune enfant. Au contraire, elles alimentent une souche de bactérie dans les intestins du nourrisson qui contribue à renforcer son immunité contre les maladies. Cette découverte aide les scientifiques à développer des méthodes et des produits pour améliorer la santé humaine.
Les oligosaccharides semblent être particulièrement abondants dans la peau des raisins de cuve. Lors de recherches antérieures, les scientifiques avaient détecté des oligosaccharides dans le produit fini du vin, mais pas en grande concentration. Les chercheurs n’ont pas inclus le vin en bouteille dans cette étude.
Les échantillons de marc de chardonnay étaient également riches en flavonoïdes, des composés sains présents dans de nombreux fruits et légumes. Les scientifiques cherchent à savoir si les oligosaccharides agissent indépendamment ou en synergie avec ces composés bioactifs pour favoriser la santé intestinale. L’équipe étudie comment les conditions de culture, les millésimes et le traitement peuvent affecter le potentiel sanitaire des déchets viticoles.

La conception de produits alimentaires

« Nous avons observé des différences significatives dans l’abondance relative et le type d’oligosaccharides dans différentes parties du marc, de sorte que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour maximiser leur potentiel dans la conception de produits alimentaires », a déclaré Sinrod.
Cette recherche a été publiée dans LWT.
Source : University of California – Davis
Crédit photo : Pixabay

Une nouvelle vie pour les résidus de raisinsmartinChimie
Chaque année, la Californie produit près de 4 millions de tonnes de vin de classe mondiale, mais cette production s'accompagne de milliers de tonnes de résidus tels que les peaux, les pépins, les tiges et la pulpe de raisin. Et si les scientifiques pouvaient mettre ces déchets viticoles au...