les-polluants-affectent-les-enfants-chez-les-femmes-enceintes
L’exposition d’une femme enceinte à la fumée de tabac et à la pollution due à la circulation routière, peut influencer le développement de problèmes de comportement dans la petite enfance. Telle est la conclusion d’une récente étude menée par une équipe de l’Institut de santé globale de Barcelone (ISGlobal),

L’impact de l’exposome 

Cette étude est la première à rechercher l’impact de l’exposome – c’est-à-dire l’ensemble des expositions environnementales, chimiques et non chimiques, pendant les phases prénatales et postnatales – sur le comportement de l’enfant. Des recherches antérieures avaient évalué l’impact des expositions environnementales séparément mais pas dans leur ensemble.
Cette étude était basée sur les données du grand projet européen HELIX (Human Early-Life Exposome). La population étudiée se composait de six cohortes de naissance longitudinales provenant de six pays européens. Au total, 1 287 enfants âgés de 6 à 11 ans ont été suivis pour caractériser leurs expositions et évaluer leurs problèmes de comportement. Les chercheurs ont évalué 88 expositions pendant la grossesse et 123 expositions pendant l’enfance, englobant les domaines extérieurs, intérieurs, chimiques, sociaux et liés au mode de vie de l’exposome.
« Nous avons constaté que l’exposition à la fumée de tabac de la mère pendant la grossesse était l’exposition prénatale la plus importante associée aux problèmes émotionnels et comportementaux des enfants », a expliqué Léa Maitre, chercheuse postdoctorale et auteure principale de cette étude.
« L’exposition de la mère à la fumée de tabac « est étroitement liée à d’autres co-expositions, comme les symptômes psychopathologiques des parents, les facteurs socio-économiques, les habitudes tabagiques du père et l’environnement familial, en particulier la qualité de l’attachement, du soutien et de la stimulation auxquels l’enfant est exposé à la maison », a ajouté Léa Maitre. « Cela pourrait expliquer une grande partie de l’effet du tabagisme maternel pendant la grossesse sur le comportement de l’enfant ».

Le TDAH

Cette étude a également révélé que l’augmentation de la densité du trafic résidentiel sur la route la plus proche pendant la grossesse était associée à une augmentation des symptômes d’externalisation (c’est-à-dire des comportements agressifs et de non-respect des règles) et à un indice plus élevé de trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Une explication biologique est plausible, bien que les mécanismes exacts restent insaisissables.
L’exposition postnatale à la fumée de tabac et la densité du trafic automobile n’étaient pas aussi fortement associées au comportement de l’enfant que les expositions prénatales. Ce résultat suggère que la grossesse pourrait être la période la plus sensible aux effets nocifs de ces expositions, en partie à cause du développement rapide du système nerveux pendant cette fenêtre temporelle, mais aussi à cause des expositions qui se produisent in utero, entre autres hypothèses.

Des solutions simples à appliquer

Cette étude a également révélé que les enfants âgés de 6 à 12 ans qui bénéficiaient de plus d’heures de sommeil, d’un régime alimentaire sain (méditerranéen) et dont les parents avaient des liens familiaux et sociaux forts présentaient moins de symptômes d’intériorisation, à savoir le repli sur soi  et l’anxiété ou la dépression.
En revanche, une plus grande exposition au plomb et au cuivre, à la pollution de l’air intérieur et à une alimentation malsaine étaient associées à une augmentation des problèmes de comportement. En particulier, un régime alimentaire composé d’aliments prêts à l’emploi, de sucreries et de boissons caféinées était associé à un risque accru de symptômes de TDAH, bien que les traits d’impulsivité des enfants atteints de TDAH puissent également entraîner de mauvais choix alimentaires et une alimentation émotionnelle.
L’une des associations les plus fortes avec le TDAH était liée aux liens sociaux et familiaux des parents (en particulier de la mère) : les enfants dont les parents avaient des contacts avec la famille ou des amis moins d’une fois par semaine étaient 31% plus susceptibles de présenter des symptômes de TDAH.

Un mode de vie familial sain

« Nos résultats confirment le rôle néfaste du tabagisme maternel et de l’exposition à la pollution de la circulation pendant la grossesse dans les troubles du comportement de l’enfant, mais ils soulignent également le rôle protecteur potentiel d’un mode de vie familial sain pendant l’enfance, en particulier l’alimentation, le sommeil et les contacts sociaux réguliers », a commenté Martine Vrijheid, dernière auteure de cette étude. « La promotion précoce d’habitudes familiales saines et la réglementation de la qualité de l’air et de l’exposition au plomb pourraient contribuer à prévenir le développement futur des troubles de la santé mentale. »
Cette recherche a été publiée dans Environment International.
Source : Barcelona Institute for Global Health
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Les polluants affectent les enfants chez les femmes enceintesmartinPollution
L'exposition d'une femme enceinte à la fumée de tabac et à la pollution due à la circulation routière, peut influencer le développement de problèmes de comportement dans la petite enfance. Telle est la conclusion d'une récente étude menée par une équipe de l'Institut de santé globale de Barcelone (ISGlobal), L'impact...