une-thérapie-déclenche-la-cicatrisation-des-plaies

Des plaies chroniques difficiles à traiter dans des modèles précliniques ont guéri avec une peau normale sans cicatrice après un traitement avec un produit acellulaire découvert à la Mayo Clinic. Dérivé des plaquettes, le produit exosomal purifié, connu sous le nom de PEP, a été utilisé pour transmettre des messages de guérison aux cellules de modèles animaux précliniques de plaies ischémiques. L’équipe de recherche de la Mayo Clinic a documenté la restauration de l’intégrité de la peau, des follicules pileux, des glandes sudoripares, des huiles cutanées et de l’hydratation normale.

Une thérapie contre les plaies chroniques

Les plaies ischémiques se produisent lorsque les artères sont obstruées ou bloquées, empêchant les nutriments et l’oxygène d’atteindre la peau pour favoriser la réparation.  « Cette étude documente que le PEP, un exosome disponible dans le commerce et stable à la température ambiante, est capable de guérir des plaies privées d’un apport sanguin adéquat.

Ces plaies ont guéri avec une seule application de l’exosome », déclare Steven Moran, chirurgien plasticien à la Mayo Clinic et coauteur principal d’un article dans cette étude. « J’ai été surpris de constater que ce produit régénérait une peau saine aux propriétés biomécaniques normales, et non un tissu cicatriciel. Cette technologie étant maintenant mise à l’échelle et bioproduite pour des applications cliniques, elle offre la possibilité de réaliser d’énormes progrès dans la science médicale et dans le domaine de la chirurgie plastique. »

Les plaies ischémiques chroniques sont fréquentes chez les personnes souffrant d’affections telles que le diabète, les escarres, le durcissement des artères, les lésions traumatiques ou les effets secondaires de la radiothérapie. Les traitements standard de ces plaies comprennent les pansements, les gels topiques et la chirurgie.

Bien que ces mesures offrent un certain soulagement, elles ne permettent souvent pas de refermer complètement la plaie. Par conséquent, environ 7 millions de personnes aux États-Unis ont des plaies qui ne se ferment pas correctement, et les efforts pour trouver des solutions sont devenus une industrie de plusieurs milliards de dollars, selon une recherche parrainée par le National Institutes of Health. Lorsque la maladie progresse, les plaies qui ne se cicatrisent pas conduisent à l’amputation d’un membre.

Elle se présente sous forme de poudre

Ce produit exosomal purifié est une vésicule extracellulaire qui transporte des marchandises d’une cellule à l’autre, en ciblant précisément les tissus à réparer. Cette technologie est fabriquée selon des mesures strictes de contrôle de la qualité et formulée sous forme de poudre sèche pour permettre un stockage à long terme à température ambiante. Dans la salle d’opération ou au chevet du patient, cette poudre est mélangée à une solution d’hydrogel sur place et peut être appliquée directement sur la plaie. Contrairement aux produits cellulaires, il n’est pas nécessaire de l’envoyer dans un laboratoire extérieur pour qu’elle soit cultivée et mise à l’échelle.

« Ce que nous constatons avec cette technologie, ce n’est pas seulement que la plaie est cicatrisée, mais aussi que l’approvisionnement en sang du tissu est rétabli. Notre effort, qui a abouti à la mise au point de cette technologie exosomale, visait à créer une thérapie qui puisse être proposée à tous les patients qui en ont besoin en éliminant les limitations logistiques souvent observées avec les thérapies régénératives plus traditionnelles », explique Atta Behfar, auteur principal.

« Notre recherche espère répondre à la question de savoir si cela peut constituer une nouvelle solution de guérison pour les patients souffrant de plaies chroniques non cicatrisantes. », ajoute Behfar.

Cette recherche a été publiée dans Theranostics.

Source : Mayo Clinic
Crédit photo : StockPhotoSecrets