la-stérilisation-des-sucettes-est-liée-aux-allergies-alimentaires
Une nouvelle étude a établi un lien entre la stérilisation des sucettes (ou tétines) et un risque accru d’allergies alimentaires chez les bébés âgés d’un an. L’étude Barwon Infant Study a comparé l’utilisation et les méthodes de nettoyage des tétines chez les nourrissons âgés de six mois et chez ceux présentant une allergie alimentaire confirmée à l’âge d’un an, chez plus de 700 participants de Geelong.

Stérilisées avec une solution antiseptique 

Ces recherches ont révélé que les nourrissons dont les tétines étaient stérilisées avec une solution antiseptique étaient plus susceptibles d’avoir une allergie alimentaire diagnostiquée à l’âge d’un an.
Victoria Soriano, chercheuse et candidate au doctorat a déclaré que le lien entre la stérilisation des tétines et les allergies alimentaires justifiait des recherches plus approfondies sur la manière dont les bonnes bactéries présentes dans la bouche et l’intestin des nourrissons pourraient contribuer à prévenir les allergies alimentaires.
Ces résultats confirment la reconnaissance croissante de l’importance des bonnes bactéries, connues sous le nom de « microbiome », dans la bouche et l’intestin pour une croissance et un développement sains », a déclaré Mme Soriano.
Cette recherche n’a révélé aucune augmentation du risque d’allergie alimentaire à l’âge d’un an chez les utilisateurs de tétines lorsque celles-ci étaient lavées à l’eau du robinet, à l’eau bouillante, mises dans la bouche des parents ou sans aucun nettoyage avant d’être données aux nourrissons à l’âge de six mois.

Nettoyer les tétines contre les maladies infectieuses

« Cette recherche ne doit pas décourager le nettoyage des tétines, car il s’agit d’une étape essentielle pour protéger l’enfant contre le risque plus immédiat de maladies infectieuses », a déclaré Mme Soriano. « Rien ne prouve non plus dans cette étude que le nettoyage des sucettes par d’autres méthodes soit nocif ».
Les allergies alimentaires provoquant souvent une anaphylaxie potentiellement mortelle et affectant jusqu’à 10 % des nourrissons, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment prévenir ces allergies. L’équipe de cette étude a contacté le Royal Australasian College of Physicians, qui étudie actuellement cette question.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Allergy and Clinical Immunology.
Source : Murdoch Children’s Research Institute
Crédit photo : StockPhotoSecrets