oxymètre-de-pouls-dépiste-le-covid-19-chez-les-gens-âgés
Les gens se sont habitués à ce que l’on prenne leur température pendant la pandémie, car la fièvre est un indicateur clé du COVID-19. Un nouveau commentaire du professeur associé Catherine Van Son et de la professeure adjointe de clinique Deborah Eti du Washington State University College of Nursing, propose que la prise de la température soit un indicateur moins utile de l’infection chez les personnes âgées et que l’on utilise plutôt un oxymètre de pouls.

Dépister le COVID-19

Une nouvelle étude indique que les températures de base sont plus basses chez les personnes âgées. Une température de base plus basse signifie qu’une fièvre peut être négligée en utilisant la définition standard du CDC de 38 degrés Celsius ou plus. « En fait, selon l’étude, plus de 30 % des personnes âgées atteintes d’une infection grave ont une fièvre légère ou nulle.
D’autres signes courants du COVID-19 peuvent également être écartés et attribués au vieillissement, comme la fatigue, les douleurs corporelles et la perte du goût ou de l’odorat. En outre, certains patients atteints du COVID-19 ne présentent aucun signe visible d’un faible taux d’oxygène, comme un essoufflement, alors que leur saturation en oxygène est inférieure à 90 %. Cette hypoxie asymptomatique peut être associée à des résultats extrêmement médiocres.
Van Son et Eti affirment que l’utilisation d’oxymètres de pouls portables et peu coûteux devrait être envisagée à grande échelle dans le cadre des dépistages du COVID-19 chez les gens âgés, car ces appareils peuvent détecter les changements de saturation en oxygène sans autres indications d’infection.

Pas de procédures invasives

« La détection de l’hypoxie asymptomatique est essentielle pour prévenir la progression de l’infection et initier un traitement », écrivent-ils. « Des interventions plus précoces pourraient aider les patients à ne pas avoir à subir des procédures très invasives (par exemple, l’intubation) et améliorer l’allocation des ressources en matière de soins de santé. »
De plus cet appareil est peu coûteux  – environ 30 euros – et est facile à utiliser pour ces personnes, qui peuvent avoir de la difficulté à se rendre à un hôpital, ou un endroit qui prodigue des soins.
Cette recherche a été publiée dans Frontiers in Medicine.
Source : Washington State University
Crédit photo : Pixabay