réduire-la-pression-artérielle-avec-des-ultrasons
De brèves impulsions d’ultrasons transmises à des nerfs situés près des reins ont entraîné une baisse cliniquement significative de la pression artérielle, chez des personnes dont l’hypertension ne répondait pas à un triple cocktail de médicaments, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université Columbia.

Une thérapie par ultrasons

Dans un essai clinique de cette procédure, appelée dénervation rénale, la pression artérielle diurne avait baissé de 8 points après deux mois, contre une baisse de 3 points chez les patients traités par une procédure fictive. La pression artérielle nocturne a diminué en moyenne de 8,3 points dans le groupe traité contre 1,8 point dans le groupe traité par une procédure fictive.
« Chez les patients souffrant d’une hypertension résistante aux médicaments, une baisse de la pression artérielle de 8 points – si elle est maintenue sur un suivi à long terme – va presque certainement contribuer à réduire le risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et d’autres événements cardiaques indésirables », déclare Ajay Kirtane, professeur de médecine et cochercheur principal de cet essai.
« Ces résultats suggèrent que la dénervation rénale a le potentiel de devenir un complément important au traitement médicamenteux – y compris pour les personnes qui ont des difficultés à gérer plusieurs médicaments pour contrôler leur hypertension. »
Dans cette étude, les chercheurs ont testé l’efficacité et la sécurité d’un dispositif qui délivre deux ou trois courtes décharges d’ultrasons aux fibres nerveuses qui se déplacent près de l’artère rénale.

D’excellents résultats

Cette étude portait sur des adultes souffrant d’hypertension modérée à sévère et prenant au moins trois médicaments antihypertenseurs. Tous les patients sont passés à la même sorte de médicaments pour leur hypertension. (Pour faciliter l’adhésion des patients, les participants ont pris une seule pilule combinant trois médicaments antihypertenseurs couramment utilisés).
Sur les 136 patients dont la pression artérielle restait élevée après quatre semaines et qui prenait la même sorte de médicaments, 69 ont été traités par dénervation rénale et 67 ont subi la procédure simulée.
Des études antérieures menées chez des patients souffrant d’hypertension moins sévère et ne prenant aucun médicament antihypertenseur ont montré que la dénervation rénale était plus efficace qu’une procédure fictive pour abaisser la pression artérielle.
« Des études supplémentaires seront nécessaires pour déterminer si cette thérapie peut être efficace pour d’autres groupes, notamment les patients plus âgés souffrant d’hypertension et ceux souffrant d’une maladie rénale chronique », déclare Kirtane.

Un essai clinique suivra des patients

Ce traitement est encore expérimental, son utilisation n’a pas été approuvée par la FDA et il est disponible que dans le cadre d’essais cliniques. L’essai suivra les patients pendant cinq ans afin de déterminer si la baisse de la pression artérielle se maintient dans le temps.
Cette recherche a été publiée dans The Lancet.
Source : Columbia University Irving Medical Center
Crédit photo : Pixabay