une-interaction-interpersonnelle-aide-les-patients
De nouvelles recherches menées par BYU ont révélé que le fait de fournir un soutien social aux patients médicaux, augmente leurs chances de survie et d’allongement de la vie. Ces résultats arrivent à un moment critique où les médecins et les professionnels de la santé cherchent de nouveaux moyens d’améliorer les soins et de réduire la mortalité.

Un soutien pour les patients

« Le principe de cette recherche est que chacun est fortement influencé par son contexte social », a déclaré Timothy B. Smith auteur principal de cette étude. « Les relations influencent notre comportement et notre santé physique. Nous savons maintenant qu’il est possible de prolonger la vie en favorisant l’adaptation et en réduisant la détresse. »
Julianne Holt-Lunstad, coauteure de cette étude, a déclaré que les résultats corroborent d’autres recherches publiées par la National Academy of Science et qu’il existe maintenant de nombreuses preuves que les besoins sociaux devraient être pris en compte dans les milieux médicaux.
« De la pédiatrie à la gériatrie, les médecins peuvent rencontrer des patients qui ont des difficultés. Ces données suggèrent que les interventions sociales intégrées aux traitements cliniques qui aident les patients à faire face et à réduire leur détresse améliorent également leur survie », a-t-elle déclaré.
Les chercheurs ont analysé les données de 106 essais contrôlés randomisés incluant plus de 40 000 patients pour étudier les effets d’un soutien psychosocial. De telles réunions de groupe ou séances familiales qui favorisaient des comportements sains en donnant une motivation pour faire de l’exercice, un encouragement à terminer les traitements médicaux ou un soutien de groupe pour le respect du régime alimentaire, ont entraîné une augmentation de 29 % de la probabilité de survie au fil du temps.

Mettre en œuvre des programmes de soutien

Ces résultats ont des implications majeures pour les hôpitaux et les administrateurs de soins de santé qui s’efforcent d’améliorer les soins et la survie des patients. Cette recherche pourrait être utilisée pour mettre en œuvre des programmes de soutien dans les hôpitaux et les cliniques pour les patients, en particulier ceux qui risquent de ne pas terminer leur traitement. Elle pourrait également influencer les programmes destinés aux membres de la famille ou aux soignants.
« Nous avions déjà des preuves solides que le lien social et d’autres facteurs sociaux influencent de manière significative les résultats de la santé, y compris le risque de mortalité prématurée, mais nous ne savions pas clairement ce que l’on pouvait faire pour réduire ce risque », a déclaré Holt-Lunstad. « Est-ce le rôle des soins de santé, ou faut-il s’attaquer à ce problème en dehors du système de santé ? Cette recherche combinée aux autres rapports de consensus suggère que c’est un rôle du système de soins de santé. »
« En fin de compte, ces données devraient être utilisées pour favoriser la collaboration entre les professionnels médicaux et les professionnels de la santé mentale », a déclaré Smith. « Environ la moitié de toutes les visites médicales des patients concernent des maladies impliquent des considérations psychologiques. Les grands hôpitaux engagent maintenant systématiquement des psychologues pour consulter les médecins et pour évaluer ou travailler avec les patients, mais une plus grande intégration est nécessaire dans les petits hôpitaux et les cliniques. »

La dépression et l’anxiété peuvent nuire aux traitements

Ces résultats ont également des implications importantes pour les patients. Les gens réagissent différemment aux conditions médicales. Si certains prennent immédiatement des mesures de réadaptation ou de prévention, d’autres peuvent retarder ou même refuser d’adopter les comportements sains prescrits. En outre, les taux de dépression et d’anxiété peuvent être élevés chez les patients, ce qui peut limiter la réactivité aux traitements, rendant les efforts de soutien social encore plus essentiels.
Cette recherche a été publiée dans PLOS Medicine.
Source : Brigham Young University
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Une interaction interpersonnelle aide les patientsmartinSociété
De nouvelles recherches menées par BYU ont révélé que le fait de fournir un soutien social aux patients médicaux, augmente leurs chances de survie et d'allongement de la vie. Ces résultats arrivent à un moment critique où les médecins et les professionnels de la santé cherchent de nouveaux moyens...