une-nouvelle-approche-pour-contrôler-les-crises-épilepsies
Des chercheurs de la Case Western Reserve University ont identifié une nouvelle approche potentielle pour mieux contrôler les crises d’épilepsie. Lin Mei, professeur et président du département des neurosciences, qui a dirigé cette nouvelle étude sur des modèles de souris, a déclaré que l’équipe a trouvé une nouvelle réaction chimique qui pourrait aider à contrôler les crises d’épilepsie.

Mieux contrôler les crises d’épilepsie

L’épilepsie est un trouble neurologique dans lequel une activité cérébrale anormale provoque des crises ou des périodes de comportement anormal, des sensations étranges et parfois une perte de conscience inhabituelle.
Un cerveau humain contient environ 86 milliards de cellules nerveuses, également appelées neurones. Quatre-vingts pour cent d’entre elles, appelées neurones excitateurs, envoient des messages aux faisceaux des nerfs qui contrôlent les muscles, leur demandant généralement de faire quelque chose. Dans un cerveau sain, l’activité que les neurones excitateurs inspirent est gérée par les 20 % de cellules nerveuses restantes, appelées neurones inhibiteurs.
« Cet équilibre entre les neurones excitateurs et inhibiteurs est absolument important pour tout ce que nous faisons », a déclaré Mei. « Lorsque l’équilibre est perturbé, de sorte que les neurones excitateurs sont trop actifs, il y aura un problème. Il est très probable qu’il y aura de l’épilepsie. »
Deux mécanismes sont à l’origine de l’épilepsie : l’un est génétique, l’autre est environnemental. Dans le syndrome de Dravet, un type d’épilepsie génétique qui figure parmi les formes les plus graves de cette maladie, le canal sodique – un pore membranaire essentiel pour inhiber l’activation des neurones – est muté et permet aux neurones excitateurs de mal fonctionner, ce qui provoque des crises. « Ce serait formidable si l’on pouvait trouver un mécanisme permettant de rendre ces canaux sodiques plus stables », a déclaré M. Mei.

Une réaction chimique stabilise le canal sodique

Lui et ses collègues ont découvert qu’une réaction chimique dans le cerveau, appelée neddylation, stabilise le canal sodique dans des modèles de souris. Lorsque les chercheurs ont produit une souris dépourvue de la protéine nécessaire à la neddylation dans les neurones inhibiteurs, celle-ci a développé une épilepsie. L’émergence surprenante de cette maladie a incité l’équipe à explorer plus en profondeur le processus de neddylation ; elle a finalement découvert que la neddylation joue un rôle essentiel pour le canal sodique.
« Si nous parvenons à maîtriser cette réaction chimique », a-t-il déclaré, « nous pourrions contribuer à contrôler l’épilepsie ». Mei a déclaré que cette recherche a fourni la preuve qu’une mutation chez les patients épileptiques présentait un problème de neddylation, ce qui suggère que la « théorie de la neddylation » pourrait s’appliquer aux patients humains.
La prochaine étape de leur recherche, a-t-il ajouté, consiste à identifier les médicaments ou les approches qui peuvent manipuler cette réaction chimique pour stabiliser le canal sodique. Les chercheurs mènent également d’autres expériences pour déterminer si cette théorie s’applique aux patients atteints d’autres types d’épilepsie, et pas seulement aux patients atteints de la maladie de Dravet.

Une piste pour de futurs médicament

« Notre découverte que la neddylation peut prévenir l’épilepsie chez les modèles de souris représente une nouvelle direction pour les recherches futures », a-t-il déclaré. « Avec cette nouvelle piste, les scientifiques ou les sociétés pharmaceutiques peuvent chercher des produits chimiques pour stimuler la neddylation. Ce  concept n’en est encore qu’à ses débuts et il reste beaucoup à faire pour que les patients puissent en bénéficier. »
Cette réaction chimique – la neddylation – a également été considérée comme une cible pour la recherche sur le cancer, a déclaré Mei, et pourrait donc avoir des applications au-delà de l’épilepsie.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Clinical Investigation.
Source : Case Western Reserve University
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Une nouvelle approche pour contrôler les crises d'épilepsiesmartinBiologie
Des chercheurs de la Case Western Reserve University ont identifié une nouvelle approche potentielle pour mieux contrôler les crises d'épilepsie. Lin Mei, professeur et président du département des neurosciences, qui a dirigé cette nouvelle étude sur des modèles de souris, a déclaré que l'équipe a trouvé une nouvelle réaction...