une-nouvelle-cible-potentielle-contre-le-covid-19
Le développement rapide des vaccins a fourni un outil vital pour combattre la propagation du SARS-CoV-2, mais les défis à relever pour atteindre l’immunité de masse posées par l’apparition de nouvelles mutations et l’incapacité des personnes immunodéprimées à développer une réponse immunitaire efficace après la vaccination montrent que des solutions supplémentaires sont nécessaires pour maximiser la protection.

Le chaperon GRP78 

Une nouvelle étude de l’USC révèle comment des thérapies ciblant un chaperon moléculaire appelé GRP78 pourraient offrir une protection supplémentaire contre le COVID-19 et d’autres coronavirus qui apparaîtront à l’avenir.
Les chaperons comme le GRP78 sont des molécules qui contribuent à réguler le bon repliement des protéines, notamment lorsqu’une cellule est soumise à un stress. Mais dans certains cas, les virus peuvent détourner ces chaperons pour infecter les cellules cibles, où ils se reproduisent et se propagent. Le GRP78 a été impliqué dans la propagation d’autres virus, comme l’Ebola et le Zika.
Alors que des études ont montré que le SARS-CoV-2 infecte les cellules en se liant aux récepteurs ACE2 à leur surface, des chercheurs de la Keck School of Medicine de l’USC ont examiné si le GRP78 jouait également un rôle.
Ils ont découvert que le GRP78 sert de corécepteur et d’agent stabilisateur entre l’ACE2 et le SARS-CoV-2, améliorant la reconnaissance de la protéine de pointe du virus et permettant une entrée virale plus efficace dans les cellules hôtes.

Les variants se lient fortement au GRP78

Cette étude fournit les premières preuves expérimentales à l’appui des prédictions de la modélisation informatique, en démontrant que le GRP78 se lie à la protéine S du SARS-CoV-2 dans les cellules. Il est intéressant de noter que cette modélisation informatique montre également que les variants de COVID-19 qui sont plus infectieux se lient plus fortement à GRP78.
En outre, l’équipe de recherche a découvert que le GRP78 se lie également à l’ACE2 et agit comme un régulateur de cette protéine, ce qui l’amène à la surface des cellules et offre au SARS-CoV-2 davantage de points de liaison et d’infection.
« Notre étude révèle que la thérapie ciblant le GRP78 pourrait être plus efficace pour protéger et traiter les personnes qui contractent le COVID-19 que les vaccins seuls, en particulier lorsqu’il s’agit de personnes qui ne peuvent pas recevoir le vaccin et les variants qui pourraient contourner la protection vaccinale mais qui dépendent toujours du GRP78 pour l’entrée et la production », a déclaré l’auteur principal Amy S. Lee.

Le potentiel d’un traitement ciblé sur le GRP78

Les cellules saines ont besoin d’une fraction de GRP78 pour fonctionner normalement. Cependant, les cellules stressées, telles que les cellules infectées par un virus ou les cellules cancéreuses, ont besoin de plus de GRP78 pour survivre et se multiplier. Les traitements qui réduisent la quantité de GRP78 dans l’organisme pourraient donc réduire la gravité de l’infection et de la propagation du SARS-CoV-2 sans effets indésirables.
Bien que cette étude ait utilisé un anticorps monoclonal, les chercheurs affirment que d’autres agents pourraient être utilisés pour réduire la quantité ou l’activité du GRP78, créant ainsi de multiples voies pour des solutions médicamenteuses potentielles visant le GRP78.

De prochaines études sur des animaux

« Ce qui est particulièrement intéressant dans cette découverte, c’est que le GRP78 pourrait être une cible universelle en combinaison avec les thérapies existantes, non seulement pour combattre le COVID-19, mais aussi pour d’autres virus mortels qui dépendent du GRP78 pour leur infectivité », a déclaré Lee. La prochaine étape pour l’équipe de recherche est d’approfondir ces résultats par des études sur les animaux.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Biological Chemistry.
Source : Keck School of Medicine of USC
Crédit photo : iStock

Une nouvelle cible potentielle contre le COVID-19martinBiologie
Le développement rapide des vaccins a fourni un outil vital pour combattre la propagation du SARS-CoV-2, mais les défis à relever pour atteindre l'immunité de masse posées par l'apparition de nouvelles mutations et l'incapacité des personnes immunodéprimées à développer une réponse immunitaire efficace après la vaccination montrent que des...