obésité-protège-de-la-mort-en-cas-infection-grave
Pour de nombreuses maladies, le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque. Mais maintenant, une étude montre qu’un IMC plus élevé peut être lié à des taux de survie plus élevés chez les patients hospitalisés pour des infections bactériennes graves.

L’obésité protègerait les gens

Cette étude basée sur la population a consisté à observer, sur une période de neuf mois, l’ensemble des 2 196 adultes recevant des soins pour une infection bactérienne grave présumée à l’hôpital Skaraborg de Skövde. Les chercheurs ont suivi ces patients dans le temps, pendant et après leur séjour à l’hôpital.
Les résultats montrent que les chances accrues de survie étaient associées à un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé à court et à long terme, respectivement à 28 jours et un an après l’hospitalisation. Ces différences dans les taux de survie étaient claires. Dans le groupe de poids normal, 26 % étaient décédés dans l’année. Les chiffres correspondants dans les groupes à IMC plus élevé étaient de 9 à 17 %.
Des enquêtes occasionnelles portant sur des groupes de patients limités ont précédemment montré des résultats similaires. Ces nouvelles conclusions clarifient et confirment le « paradoxe de la survie de l’obésité » : le surpoids et l’obésité offrent une protection contre les infections bactériennes graves.
« Dans le contexte de la plupart des autres maladies, le surpoids et l’obésité sont désavantageux. Cela s’applique à plusieurs types de cancer, aux maladies cardiovasculaires et, en particulier, à la maladie COVID-19, pour laquelle un IMC plus élevé est associé à une mortalité plus importante. Paradoxalement, c’est l’inverse qui se produit ici. », explique Åsa Alsiö

Comprendre comment le surpoids peut être bénéfique 

« Ce que nous ne savons pas », poursuit Alsiö, « c’est comment le surpoids peut être bénéfique au patient atteint d’une infection bactérienne, ou si cela est lié aux fonctions du système immunitaire et à leur régulation. Il faut en savoir plus sur la façon dont le surpoids affecte le système immunitaire. Les personnes qui subissent une chirurgie bariatrique pourraient être étudiées. »
« La pandémie de COVID-19 a mis en évidence les groupes de patients vulnérables, et les personnes en surpoids ont été durement touchées. Peut-être que l’expérience et le traitement des soins aux patients atteints d’infections bactériennes graves peuvent être utilisés pour améliorer le pronostic du COVID-19 et du surpoids. À l’échelle mondiale, l’obésité augmente à un rythme alarmant. Il est nécessaire d’approfondir les connaissances pour faire la lumière sur la manière dont le poids corporel affecte les défenses de l’organisme contre les infections, afin de pouvoir individualiser le traitement », déclare Gunnar Jacobsson.
Les chercheurs pensent qu’il est nécessaire de mener davantage d’études, au niveau de la population, sur la manière dont l’IMC affecte les résultats du traitement de diverses maladies infectieuses et sur les liens qui peuvent exister avec la régulation du système immunitaire.
Cette recherche a été publiée dans PLOS ONE.
Source : University of Gothenburg
Crédit photo : iStock