une-technologie-surveille-le-bien-être-mental
Pour aider les patients à gérer leur bien-être mental entre les rendez-vous, des chercheurs de l’Université Texas A&M ont développé une plate-forme électronique basée sur des appareils intelligents, qui peut surveiller en permanence l’état d’hyperexcitation, l’un des signes de détresse psychiatrique. Ils ont déclaré que cette technologie pouvait lire les indices faciaux, analyser les modèles de voix et ajouter les lectures des capteurs de signes vitaux intégrés sur les montres intelligentes pour déterminer si un patient est stressé.

Une nouvelle technologie

«La santé mentale peut changer très rapidement, et bon nombre de ces changements restent cachés aux prestataires ou aux conseillers», a déclaré le Dr Farzan Sasangohar, professeur adjoint au département de génie industriel. «Notre technologie donnera aux prestataires et aux conseillers un accès continu aux variables du patient et au statut du patient, et je pense que cela va avoir une implication vitale car ils peuvent atteindre les patients quand ils en ont besoin. »
Contrairement à certaines maladies physiques qui peuvent généralement être traitées avec quelques visites chez le médecin, les personnes ayant des besoins en santé mentale peuvent nécessiter une période de soins prolongée. Entre les visites chez un fournisseur de soins de santé, l’information sur l’état de santé mentale d’un patient fait défaut.
Par conséquent, une détérioration imprévue de la santé mentale a une chance limitée d’être traitée. Par exemple, un patient souffrant de troubles anxieux peut vivre un événement de vie stressant, déclenchant un stress et une agitation extrêmes, qui peuvent nécessiter des soins médicaux immédiats. Mais ce patient peut être entre deux rendez-vous. En outre, les professionnels de la santé n’ont aucun moyen de savoir comment se débattent leurs patients contre un problème de santé mentale, ce qui peut les empêcher de fournir les soins appropriés.

Une combinaison d’analyses

« La clé ici est la triangulation », a déclaré Sasangohar. « Chacune de ces méthodes à elle seule, par exemple l’analyse facial, est prometteuse pour détecter l’état mental, même si elles présentent des limites. Mais lorsque vous combinez ces informations avec l’analyse du sentiment vocal, ainsi qu’avec les indicateurs physiologiques de détresse, le diagnostic et l’inférence deviennent beaucoup plus puissants et plus clairs. »
M. Sasangohar a noté que l’évaluation subjective de l’état mental et l’évaluation objective des algorithmes d’apprentissage automatique sont intégrées pour faire une évaluation finale de l’état d’excitation d’une personne donnée.
Bien que le prototype de leur technologie soit prêt, les chercheurs ont déclaré qu’ils devaient encore améliorer l’autonomie des smartphones ou des montres intelligentes équipés de leur logiciel, car les algorithmes consomment beaucoup d’énergie. En outre, ils ont noté qu’ils devaient résoudre les problèmes d’utilisabilité, c’est-à-dire tous les problèmes qui empêchent les patients d’utiliser leur technologie, comme la difficulté à naviguer dans leur application.

Un dispositif discret

« En raison de la stigmatisation qui entoure la maladie mentale, nous voulions construire un dispositif de surveillance de la santé mentale qui soit très discret », a déclaré Sasangohar. « Nous avons donc choisi des produits prêts à l’emploi, comme les montres intelligentes, puis nous avons construit des applications sophistiquées qui fonctionnent dans ces appareils pour rendre le suivi de la santé mentale discret. »
Cette recherche a été publiée dans Journal of Psychiatric Practice.
Source : Texas A&M University
Crédit photo : iStock

Une technologie surveille le bien-être mentalmartinTechnologie
Pour aider les patients à gérer leur bien-être mental entre les rendez-vous, des chercheurs de l'Université Texas A&M ont développé une plate-forme électronique basée sur des appareils intelligents, qui peut surveiller en permanence l'état d'hyperexcitation, l'un des signes de détresse psychiatrique. Ils ont déclaré que cette technologie pouvait lire...