une-thérapie-potentielle-contre-le-Parkinson
Une nouvelle découverte faite par des chercheurs de l’Université de Guelph pourrait, à terme, aider à concevoir de nouvelles thérapies et à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

La protéine alpha-synucléine

En montrant comment les protéines enchevêtrées dans les cellules du cerveau permettent à cette maladie neurodégénérative de se propager, les chercheurs espèrent que leurs découvertes mèneront à conception de médicaments qui arrêteront sa progression, a déclaré Morgan Stykel, candidat au doctorat et premier auteur de cette étude.
La maladie de Parkinson peut être déclenchée par le mauvais repliement d’une protéine appelée alpha-synucléine qui s’accumule dans une partie du cerveau appelée la substantia nigra. Cette maladie entraîne une perte des cellules nerveuses du cerveau qui produisent la dopamine, un messager chimique qui aide à contrôler la fonction motrice.
L’alpha-synucléine mal repliée s’agrège et finit par se propager à d’autres parties du cerveau, altérant les zones responsables d’autres fonctions comme l’humeur et la cognition. L’équipe de l’université de Glasgow a utilisé des cellules souches pour modéliser des neurones atteints ou non de la maladie de Parkinson et examiner les effets des mutations de la synucléine.
Ils ont découvert que dans les neurones de la maladie de Parkinson, la synucléine mal repliée se lie à une autre protéine appelée LC3B. Normalement, la LC3B cible les protéines mal repliées pour les dégrader. Dans la maladie de Parkinson, cette étude a montré que la LC3 est piégée dans les agrégats des protéines et est inactivée. Sans dégradation, les cellules éjectent ces agrégats, qui se propagent ensuite aux neurones voisins, propageant la maladie dans tout le cerveau.

Restaurer la dégradation

« Normalement, les protéines mal repliées sont dégradées. Nous avons trouvé une voie par laquelle la synucléine est sécrétée et libérée par les neurones au lieu d’être dégradée », a déclaré Ryan. « Nous espérons pouvoir réactiver la voie de dégradation et arrêter la propagation de cette maladie ».
L’équipe a montré que l’activation de LC3B restaure la dégradation, permettant aux cellules d’éliminer les protéines mal repliées et d’empêcher la propagation de cette maladie. « Le renouvellement régulier des protéines fait partie d’une cellule saine », a déclaré Stykel. « Dans le cas de la maladie de Parkinson, ce système ne fonctionne pas correctement ».
Ryan a déclaré que leur découverte pourrait aider à concevoir des thérapies. « Nous ne pourrons peut-être rien faire pour les régions du cerveau qui sont déjà malades, mais nous pouvons peut-être empêcher la maladie de progresser. Nous pourrions être en mesure de réactiver la voie de dégradation et d’arrêter la propagation de cette maladie. »
« La plupart des thérapies actuelles sont centrées sur l’augmentation de la libération de la dopamine, mais cela ne fonctionne que pendant une courte période de temps et a beaucoup d’effets secondaires », a déclaré Ryan.

Un fardeau pour les patients

Cette recherche pourrait contribuer à améliorer la qualité de vie des patients atteints de la maladie de Parkinson. De nombreux patients sont diagnostiqués dans la quarantaine ou la cinquantaine, ce qui signifie qu’ils vivent avec cette maladie progressive pendant des décennies. « La réduction de la qualité de vie peut représenter un lourd fardeau pour ces patients, leurs familles et le système de santé », a-t-il ajouté.
Cette recherche a été publiée dans Cell Reports.
Source : University of Guelph
Crédit photo : iStock