un-médicament-bloque-des-variants-du-SARS-CoV-2
Selon des scientifiques de la Perelman School of Medicine de l’université de Pennsylvanie, le médicament diABZI, qui active la réponse immunitaire innée de l’organisme, s’est avéré très efficace pour prévenir la forme grave du COVID-19 chez les souris infectées par le SARS-CoV-2. Ces résultats suggèrent que le diABZI pourrait également traiter d’autres coronavirus respiratoires.

Le diABZI

Le virus SARS-CoV-2 cible initialement les cellules épithéliales des voies respiratoires. La première ligne de défense contre l’infection est le système immunitaire inné des voies respiratoires, qui reconnaît les agents pathogènes viraux en détectant leurs motifs moléculaires.
Cherry et son équipe ont d’abord cherché à mieux comprendre cet effet en observant au microscope des lignées de cellules pulmonaires humaines infectées par le SARS-CoV-2. Ils ont constaté que ce virus est capable de se cacher, retardant ainsi la reconnaissance et la réponse précoces du système immunitaire.
Pour identifier les agonistes antiviraux qui bloqueraient l’infection par le SARS-CoV-2, les chercheurs ont procédé à un criblage à haut débit de 75 médicaments qui ciblent les voies de détection dans les cellules pulmonaires. Ils ont examiné leurs effets sur l’infection virale au microscope et ont identifié neuf candidats – dont deux dinucléotides cycliques (CDN) – qui ont supprimé de manière significative l’infection en activant STING (la simulation des gènes de l’interféron).
Comme ces CDN sont peu puissants et ne font pas de bons médicaments, Cherry et son équipe ont décidé de tester également une petite molécule agoniste de STING récemment mise au point, appelée diABZI, qui n’est pas approuvée par la FDA mais fait actuellement l’objet d’essais cliniques pour traiter certains cancers. Les chercheurs ont constaté que le diABZI inhibe puissamment l’infection par le SARS-CoV-2 de diverses souches, y compris le variant B.1.351, en stimulant la signalisation de l’interféron.

De très bons résultats

Enfin, les chercheurs ont testé l’efficacité du diABZI chez des souris transgéniques qui avaient été infectées par le SARS-CoV-2. Comme ce médicament devait atteindre les poumons, le diABZI a été administré par voie nasale. Les souris traitées au diABZI ont présenté une perte de poids beaucoup moins importante que les souris témoins, une réduction significative de la charge virale dans les poumons et les narines et une augmentation de la production de cytokines, ce qui confirme que le diABZI stimule l’interféron pour une immunité protectrice.
Selon Mme Cherry, ces résultats laissent présager que le diABZI pourrait être un traitement efficace contre le SARS-CoV-2, qui pourrait prévenir les symptômes graves du COVID-19 et la propagation de l’infection. De plus, comme il a été démontré que le diABZI inhibe la réplication du virus parainfluenza humain et du rhinovirus dans les cellules en culture, l’agoniste STING pourrait être plus largement efficace contre d’autres virus respiratoires.
« Nous testons maintenant cet agoniste de STING contre de nombreux autres virus », a déclaré Cherry. « Il est vraiment important de se rappeler que le SARS-CoV-2 ne sera pas le dernier coronavirus que nous verrons et contre lequel nous devrons nous protéger. »
Cette recherche a été publiée dans Science Immunology.
Source : Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania
Crédit photo : StockPhotoSecrets