le-risque-de-suicide-chez-les-gens-âgées-ayant-une-démence
Selon une nouvelle étude dirigée par un chercheur du département de psychiatrie de Yale, les adultes de plus de 65 ans chez qui on a diagnostiqué la maladie d’Alzheimer ou une autre démence, ont deux fois plus de risques de mourir par suicide que les adultes plus âgés qui ne souffrent pas de démence.

Le suicide et la démence

Ces résultats révèlent que le risque de suicide était particulièrement élevé chez les adultes âgés de 65 à 74 ans et dans les 90 premiers jours suivant le diagnostic de démence. Les patients diagnostiqués avec une démence fronto-temporale présentaient également un risque plus élevé de décès par suicide.
« Avec la croissance rapide de la population gériatrique et l’augmentation continue des taux de suicide chez les adultes vieillissants, cette étude met en lumière une facette négligée des soins aux personnes âgées atteintes de démence », a déclaré Timothy Schmutte, professeur adjoint de psychiatrie et auteur principal d’un article. « Espérons que cette étude sensibilisera les gens et favorisera la détection précoce des gens âgés qui risquent d’avoir des pensées et des actes suicidaires. »
Schmutte et des chercheurs de l’université Columbia, de l’université du Michigan, de l’université de Pennsylvanie et du VA Ann Arbor Healthcare System dans le Michigan ont étudié les dossiers de 2,66 millions de personnes âgées.
Ils ont constaté que le nombre de décès par suicide au cours de la première année du diagnostic de démence était 53 % plus élevés que prévu par rapport à la population générale. Selon cette étude, le risque était bien plus élevé dans les trois premiers mois suivant le diagnostic.

Mieux gérer les troubles de santé mentale

Selon les auteurs, cette étude confirme la nécessité d’une évaluation plus approfondie des besoins des patients et des soignants et d’un aiguillage vers des services et des aides appropriées. Les troubles de santé mentale préexistants d’un patient doivent également être gérés activement, ont-ils ajouté.
« En plus du dépistage du risque de suicide et d’un soutien supplémentaire au moment de recevoir un diagnostic de démence – en particulier pour les hommes âgés et les adultes âgés vivant avec des douleurs chroniques et des troubles de santé mentale ou de toxicomanie – le message à retenir de cette étude est que la restriction des moyens létaux et les conseils de sécurité peuvent être appropriés avec les patients et les soignants, en particulier le retrait en toute sécurité des armes à feu et de certains médicaments », a déclaré Schmutte.
Cette recherche a été publiée dans Alzheimer’s & Dementia.
Source : Yale University
Crédit photo : StockPhotoSecrets