impact-une-alimentation-saine-chez-les-femmes-enceintes
Des chercheurs de la Mailman School of Public Health de l’université de Columbia et de l’Universidade Federal de Ciências da Saúde de Porto Alegre, au Brésil, ont découvert que lorsque des éducateurs étaient formés à promouvoir des pratiques alimentaires saines auprès des femmes enceintes, leurs enfants consommaient moins de graisses et de glucides à l’âge de trois ans et présentaient des taux de graisse corporelle plus faibles à l’âge de six ans.

Prévenir l’obésité des enfants

Cette étude est la première à montrer que l’obésité prend racine dès la première année de vie, après que les mères ont cessé d’allaiter. « Le message est que pour prévenir l’obésité plus tard dans la vie, on ne peut pas commencer trop tôt à aider les mères à bien nourrir leurs enfants. Et cette étude est une preuve de principe qu’il est possible de changer le comportement d’une mère. », explique Caroline N. Sangalli.
« Le plus surprenant est que les mères de notre essai randomisé proposaient des aliments très transformés, riches en sucre et en graisse, dès l’âge de 6 mois », a déclaré Marcia Vitolo, coauteure principale. « Ce comportement peut s’expliquer par les influences culturelles et la forte commercialisation d’aliments pour bébés transformés qui se poursuit à l’échelle mondiale ».
Les chercheurs ont mené l’essai randomisé à Porto Alegre, au Brésil, dans 31 centres qui fournissent des services de soins prénatals, infantiles et autres soins primaires aux familles à faible revenu. L’intervention auprès des femmes était basée sur les naissances survenues entre mai 2008 et février 2009 et consistait en un programme de formation visant à améliorer les connaissances des éducateurs de soins de santé primaires sur les « dix étapes pour une alimentation saine des enfants brésiliens de la naissance à l’âge de deux ans », la directive diététique brésilienne.
Toutes les familles ont été informées des aliments complémentaires qui ne doivent pas être proposés aux enfants de moins de 2 ans (c’est-à-dire les biscuits, les snacks, les boissons gazeuses et les sucreries) par le biais d’affiches placées dans les salles d’attente. Des enquêteurs formés ont mesuré la croissance des enfants et d’autres résultats à l’âge de 6 mois, 12 mois, 3 ans et 6 ans lors de visites à domicile ultérieures. Des détails sur les types d’aliments, les quantités et les méthodes de préparation ont également été enregistrés.

Moins de graisse corporelle

L’apport énergétique à tous les âges était plus faible dans le groupe d’intervention que dans le groupe de contrôle, avec une différence statistiquement significative à l’âge de 3 ans. De plus, à 3 ans, les enfants du groupe d’intervention avaient une consommation de glucides et de graisses totales inférieure à celle du groupe témoin et, à 6 ans, ils avaient accumulé moins de graisse corporelle, comme le montrent un tour de taille plus petit et des plis cutanés plus fins.
« Nous avons constaté que l’apport énergétique dans les deux groupes était supérieur aux besoins pour toutes les tranches d’âge ; toutefois, l’apport énergétique excédentaire était moindre dans le groupe d’intervention », a observé Sangalli, qui a analysé les résultats de cette étude avec le Dr L.H. Lumey. « Bien que la disparité ait été légère au départ, à long terme, la réduction de l’apport de 92 kcal par jour s’ajoute à 33 000 kcal par an, et des changements de cette ampleur pourraient expliquer les changements dans la prise de poids pendant l’enfance. »
Le groupe d’intervention à l’âge de 6 ans avait une masse grasse corporelle plus faible sur plusieurs mesures, mais cette différence ne se reflétait pas dans les scores de l’IMC, une mesure moins sensible de l’adiposité. « Cependant, la prévalence du surpoids dans le groupe d’intervention étant inférieure de 7 % à celle du groupe témoin à 6 ans, cela suggère un impact important sur la santé publique – d’autant plus que les estimations indiquent que la réduction de 1 % de la prévalence de l’obésité chez les enfants jusqu’à l’âge de 6 ans permettrait d’économiser 1,7 milliard de dollars en frais médicaux », a déclaré Vitolo.

Un impact significatif chez les enfants

« Au final, ce que cette étude suggère, c’est que nous devrions peut-être réfléchir encore plus tôt. Les pratiques alimentaires au début de la vie peuvent déjà avoir un impact significatif sur la taille corporelle des enfants d’âge préscolaire. », conclut le Dr Lumey.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Human Nutrition and Dietetics.
Source : Columbia University’s Mailman School of Public Health
Crédit photo : iStock

L'impact d'une alimentation saine chez les femmes enceintesmartinBiologie
Des chercheurs de la Mailman School of Public Health de l'université de Columbia et de l'Universidade Federal de Ciências da Saúde de Porto Alegre, au Brésil, ont découvert que lorsque des éducateurs étaient formés à promouvoir des pratiques alimentaires saines auprès des femmes enceintes, leurs enfants consommaient moins de...