des-tampons-détectent-les-infections-urinaires
Des tampons et des serviettes hygiéniques modifiés pour changer de couleur en présence de certaines infections urinaires pourraient aider à diagnostiquer rapidement ces problèmes dans les pays à faible revenu où l’accès aux soins est limité – bien que le modèle actuel devienne rose, ce qui n’est peut-être pas très utile.

Ils changent de couleur

Les infections urinaires sont incroyablement courantes : dans le monde, plus de la moitié des femmes adultes en ont eu au moins une. La méthode standard pour diagnostiquer une infection urinaire consiste à prélever un échantillon d’urine et à le tester dans un laboratoire, mais ces installations sont souvent moins disponibles dans les pays à faible revenu.
Maintenant Naresh Mani et son équipe du Manipal Institute of Technology, en Inde, ont créé des fibres de coton capables de détecter une levure appelée Candida albicans, la forme la plus courante d’infection urinaire fongique.
Les chercheurs ont trempé ces fibres dans un acide aminé qui se décompose en présence d’une enzyme sécrétée par C. albicans. Ils ont placé ces fibres à l’intérieur de tampons et de serviettes hygiéniques et ont appliqué une décharge vaginale simulée faite de sérum sanguin, d’acides, d’urée et de C. albicans. Dans les deux cas, ces fibres ont pris une couleur rosée, le signe d’une infection.
L’équipe n’a testé ces fibres qu’en laboratoire et ne les a pas encore testées sur des femmes, mais Mani explique que le sang menstruel pourrait masquer le changement de couleur. L’équipe espère trouver un autre acide aminé qui réagit au C. albicans mais qui produit une couleur plus visible.

Ils seront peu coûteux

Mani affirme que le produit final devrait être bon marché, à environ 0,25 € par tampon ou serviette hygiénique, mais José Santos, membre d’une organisation missionnaire appelée Casa Fiz do Mundo, qui lutte contre la pauvreté menstruelle à São Tomé-et-Príncipe, estime que cela peut encore être inabordable.
« Tout article qui pourrait équilibrer l’injustice entre les sexes serait utile, mais les coûts peuvent être un problème », dit-il, soulignant que le salaire minimum légal à São Tomé et Príncipe est l’équivalent de 80 € par an. « Les serviettes et les tampons sont déjà inaccessibles aux femmes. Ce type de produit est le bienvenu, mais il doit être économiquement viable pour les communautés. »
Cette recherche a été publiée dans ACS Omega.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Des tampons détectent les infections urinairesmartinTechnologie
Des tampons et des serviettes hygiéniques modifiés pour changer de couleur en présence de certaines infections urinaires pourraient aider à diagnostiquer rapidement ces problèmes dans les pays à faible revenu où l'accès aux soins est limité - bien que le modèle actuel devienne rose, ce qui n'est peut-être pas...