AstraZeneca-peut-entraver-la-coagulation-sanguine
Selon de nouvelles données, le vaccin contre le coronavirus d’Oxford/AstraZeneca peut être associé à un risque légèrement accru de certains troubles de la coagulation, mais ces cas sont très rares et les avantages du vaccin continuent de l’emporter sur les risques, affirment les chercheurs.

Un risque légèrement accru

Une analyse des personnes ayant reçu une première dose du vaccin d’Oxford/AstraZeneca ou Pfizer/BioNTech a révélé une légère augmentation du risque d’un trouble hémorragique auto-immun connu sous le nom de purpura thrombocytopénique immunitaire (PTI) associé au vaccin Oxford/AstraZeneca, distinct du syndrome de coagulation sanguine qui était lié au vaccin auparavant.
Dans le PTI, le système immunitaire détruit les plaquettes, les cellules sanguines qui aident le sang à coaguler. Cette affection peut provoquer des ecchymoses mineures chez certaines personnes et des saignements excessifs et une maladie de longue durée chez d’autres, mais les symptômes sont généralement légers et la mort due au PTI est très rare. On estime qu’il survient chez environ 11 personnes sur 1 million qui reçoivent une première dose du vaccin.
Aziz Sheikh, de l’université d’Édimbourg, au Royaume-Uni, et ses collègues affirment que ces risques très faibles sont importants mais rares, et qu’ils sont comparables à ceux d’autres vaccins, notamment ceux contre l’hépatite B, la rougeole, les oreillons et la rubéole, et la grippe.
Ils soulignent que ces résultats doivent être compris dans le contexte des avantages du vaccin d’Oxford/AstraZeneca. Le risque de développer un événement indésirable grave lié au vaccin est beaucoup plus faible que le risque de maladie grave ou de décès causé par le coronavirus, en particulier pour les personnes âgées et les autres populations vulnérables. Des recherches supplémentaires impliquant des personnes plus jeunes et visant à évaluer les réponses aux deuxièmes doses des vaccins sont nécessaires.

Ses avantages l’emportent sur ses risques

« Le message général est que, même si le vaccin d’Oxford/AstraZeneca présente un risque accru de PTI, ses avantages l’emportent sur ses risques », a déclaré Stephen Evans de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, qui n’a pas participé à cette étude. « Pour la majorité des personnes, le PTI ne cause pas de problèmes graves, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde ».
Cette étude a examiné les cas de saignements et de troubles circulatoires liés aux vaccins chez 2,53 millions d’adultes en Écosse qui ont reçu leurs premières doses de vaccins entre décembre 2020 et avril 2021. Les chercheurs ont constaté que pour ces personnes, le vaccin d’Oxford/AstraZeneca était associé à un risque légèrement accru de PTI jusqu’à 27 jours après la vaccination.

Un risque d’autres caillots sanguins artériels

Cette analyse a également révélé une très faible augmentation du risque d’autres caillots sanguins artériels et d’événements hémorragiques associés au vaccin jusqu’à 27 jours après la vaccination. Cependant, les données étaient insuffisantes pour déterminer s’il y avait un lien entre le vaccin Oxford/AstraZeneca et la thrombose du sinus veineux cérébral – une maladie rare dans laquelle un caillot de sang se forme dans le cerveau.
Il n’y avait aucune preuve d’un risque accru d’événements indésirables associés au vaccin Pfizer/BioNTech. Les essais cliniques ont démontré que les vaccins Pfizer/BioNTech et d’Oxford/AstraZeneca ont été généralement bien tolérés, bien qu’un petit nombre d’effets secondaires graves aient été signalés.
L’agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé a reçu 209 rapports de troubles hémorragiques et de troubles de la coagulation sanguine après 22 millions des premières doses et 6,8 millions des secondes doses du vaccin d’Oxford/AstraZeneca.

Un vaccin alternatif lorsqu’il est disponible

Depuis le mois de mai, les personnes de moins de 40 ans au Royaume-Uni se voient proposer un vaccin alternatif lorsqu’il est disponible, compte tenu du risque rare de syndromes de coagulation sanguine.
Cette recherche a été publiée dans Nature Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo : StockPhotoSecrets