le-gaz-hilarant-pour-traiter-la-dépression
Le protoxyde d’azote, également connu sous le nom de gaz hilarant, s’est révélé prometteur comme traitement de la dépression. Lorsque des personnes ont inhalé une faible dose dans le cadre d’une petite étude, leur dépression s’est améliorée au cours des deux semaines suivantes.

Traiter la dépression avec du protoxyde d’azote

On sait depuis longtemps que le protoxyde d’azote peut donner un bref coup de fouet à l’humeur et soulager la douleur – d’où son nom original de gaz hilarant – mais on pense que l’effet s’estompe rapidement. Le protoxyde d’azote est l’un des anesthésiques les plus courants, utilisé par les hôpitaux, les cabinets dentaires et les ambulanciers, mais aussi disponible illégalement sous forme de petites capsules pour un usage récréatif.
Le gaz semble affecter principalement le cerveau en bloquant les molécules des cellules nerveuses appelées récepteurs N-méthyl-D-aspartate (NMDA). Il s’agit des mêmes récepteurs que ceux visés par la kétamine, un anesthésique plus puissant, qui soulage également la dépression ; un produit chimique similaire à la kétamine a récemment été approuvé comme nouveau traitement par spray intranasal.
On ne sait pas comment les récepteurs NMDA modifient l’humeur. Mais alors que les effets antidépresseurs de la kétamine commençaient à émerger, Peter Nagele, alors anesthésiste à la Washington University School of Medicine de St Louis, dans le Missouri, s’est demandé si le protoxyde d’azote avait un potentiel similaire.
En 2014, il a constaté que l’inhalation d’une heure de protoxyde d’azote réduisait les symptômes jusqu’à une journée chez les personnes souffrant de dépression qui ne s’étaient pas améliorées après avoir essayé les médicaments antidépresseurs standard, mais cette étude n’a pas enregistré si l’effet durait plus longtemps.
L’utilisation prolongée du protoxyde d’azote peut entraîner des nausées et d’autres problèmes. Ainsi, dans la dernière étude, l’équipe de Nagele a comparé une demi-dose de protoxyde d’azote et un traitement à pleine dose avec inhalation d’un mélange placebo d’air et d’oxygène, chez 24 personnes souffrant de dépression résistante au traitement. Elles ont reçu une dose par mois pendant trois mois.

De bons résultats

Après deux semaines, après le traitement à demi-dose, les symptômes de la dépression avaient diminué en moyenne de cinq points sur une échelle d’évaluation de la dépression couramment utilisée, par rapport au placebo, ce qui constitue un avantage significatif. Après le traitement à dose complète, les symptômes de dépression ont diminué un peu plus, bien que la différence soit si faible qu’elle aurait pu être le fruit du hasard. Le groupe ayant reçu la demi-dose a également présenté une incidence beaucoup plus faible d’effets secondaires.
Comme la kétamine, le protoxyde d’azote a l’avantage d’améliorer rapidement l’humeur, explique Nagele, qui travaille maintenant à l’université de Chicago, dans l’Illinois. « Quelque chose se passe dans le cerveau – c’est comme si on actionnait un interrupteur. Mais comment cela fonctionne, personne ne le sait ».
Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels