un-EGG-auriculaire-collecte-des-données-sur-le-sommeil
Les résultats préliminaires d’une nouvelle étude montrent qu’un dispositif électroencéphalogramme portable qui collecte des données à partir de l’oreille mesure le sommeil de manière aussi fiable que les électrodes EEG traditionnelles fixées sur le cuir chevelu.

Un EGG auriculaire

En comparant les distributions des similitudes des signatures neurales intra-individuelles pour l’EEG auriculaire et l’EEG du cuir chevelu sur quatre nuits, les résultats montrent que la différence moyenne observée entre les distributions était statistiquement significative, en faveur d’une signature EEG auriculaire plus stable. Une analyse plus poussée a révélé que la signature neuronale d’un individu enregistrée par l’EEG auriculaire pendant quatre nuits, suivie d’une surveillance continue pendant 12 nuits, était stable dans le temps, ce qui démontre sa capacité en tant que signature personnalisée avec une précision de classification de 90,1 %.
« Les résultats les plus surprenants de cette étude ont été la stabilité de la caractéristique neuronale de l’EEG auriculaire au fil du temps et la variation systématique entre les individus », a déclaré le chercheur principal Martin Hemmsen, titulaire d’un doctorat en ingénierie biomédicale et chercheur principal sur le sommeil et la cognition.

Une étude en deux phases

Les chercheurs ont lancé une étude à domicile en deux phases, en suivant 20 participants pendant quatre nuits lors de la première phase. Le sommeil de chaque participant a été évalué à l’aide d’un enregistreur EEG à électrodes centré sur l’oreille et d’une polysomnographie partielle comprenant un EEG, une électrooculographie et une électromyographie. Dans la deuxième phase, 10 participants ont porté uniquement le dispositif EEG auriculaire pendant 12 nuits supplémentaires. Les chercheurs ont analysé la similitude intra et interindividuelle des spectres de puissance du sommeil non-REM de stade 2 enregistrés par l’EEG auriculaire et l’EEG du cuir chevelu.
Selon les auteurs, les modifications des signatures neuronales personnalisées ont été associées à des biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer, ce qui signifie que l’EEG auriculaire pourrait s’avérer utile dans la détection précoce de la dégénérescence neuronale.

Un dispositif simple et efficace

« Ces résultats sont importants car cette étude montre que des dispositifs EEG simples et portables, utilisables à domicile et sans assistance, peuvent surveiller les caractéristiques individuelles de manière fiable », a déclaré Hemmsen. « De futures études permettront d’explorer si le suivi de ces caractéristiques individuelles dans le temps peut être utilisé comme biomarqueur pour la détection précoce des complications neurologiques. »
Cette recherche a été publiée dans Sleep.
Source : American Academy of Sleep Medicine
Crédit photo : Pixabay