changer-son-alimentation-a-un-impact-sur-tissu-adipeux-sain

Selon une étude préclinique des chercheurs de l’University of Texas Health Science Center at Houston (UTHealth), changer ses habitudes alimentaires ou modifier son horloge circadienne peut avoir un impact sur le tissu adipeux sain tout au long de la vie.

Un tissu adipeux sain

Un tissu adipeux sain contribue à fournir de l’énergie, favorise la croissance cellulaire, protège les organes et garde le corps au chaud. Les chercheurs ont découvert qu’une alimentation de bonne qualité et consommée de manière rythmée (c’est-à-dire pendant notre cycle actif) est importante pour maintenir une graisse saine.

Les cellules progénitrices des adipocytes se transforment en adipocytes – les cellules graisseuses saines qui constituent notre tissu adipeux, lequel stocke l’énergie sous forme de graisse. Les chercheurs ont découvert que les progéniteurs d’adipocytes subissent une prolifération quotidienne rythmique tout au long du cycle de 24 heures dans le cadre d’un apport énergétique normal.

Toutefois, lorsque les chercheurs ont introduit un régime riche en graisses ou modifié les schémas temporels de la consommation alimentaire afin que les souris mangent des quantités égales de nourriture pendant les phases de sommeil et d’éveil, ce schéma de prolifération pré-adipocytaire sur 24 heures a été détruit.

La prolifération des préadipocytes a augmenté

« Nous avons constaté que lorsque nous avons nourri des souris avec un régime riche en graisses, cela a augmenté la prolifération des préadipocytes et détruit son schéma rythmique », a déclaré Kristin Eckel-Mahan, professeur adjoint et auteur principal de cette étude. « Ce que nous avançons, c’est qu’au cours de notre vie, ces variations de 24 heures dans la prolifération de ces cellules sont vraiment importantes pour maintenir une graisse saine. »

Le fait de perturber le rythme circadien et de suivre un régime riche en graisses au fil du temps entraîne l’épuisement des cellules adipeuses saines, et cette étude suggère que cette perturbation pourrait être difficile à inverser.

L’épuisement des cellules progénitrices des adipocytes ne permettra pas la fabrication de nouveaux adipocytes sains dans le tissu, ce qui entraînera finalement des défauts dans le stockage des graisses et un excès de lipides dans d’autres organes, comme le foie et les muscles. Selon Mme Eckel-Mahan, la présence de graisse dans ces zones peut entraîner un diabète de type 2 et une résistance à l’insuline.

Un cycle normal de sommeil et d’éveil

« Dans un monde idéal, tout le monde devrait maintenir un cycle normal de sommeil et d’éveil, et ne pas manger aux mauvaises heures de la journée, donc pas trop tard avant le coucher ou tôt le matin. Il faut également se méfier des régimes riches en graisses, dont on sait maintenant qu’ils détruisent la prolifération rythmique de nos préadipocytes. L’horloge de 24 heures dont nous disposons est importante en ce qui concerne notre graisse saine, et nous devons la protéger autant que possible », a déclaré le premier auteur, Aleix Ribas-Latre.

Cette recherche a été publiée dans Nature.

Source : University of Texas Health Science Center at Houston
Crédit photo : StockPhotoSecrets