les-bactéries-intestinales-aggravent-les-avc

De nouveaux résultats obtenus par des chercheurs de la Cleveland Clinic, montrent pour la première fois que le microbiome intestinal a un impact sur la gravité de l’accident vasculaire cérébral (AVC) et sur la déficience fonctionnelle après l’AVC. Ces résultats jettent les bases de nouvelles interventions potentielles pour aider à traiter ou à prévenir les accidents vasculaires cérébraux.

Le microbiome intestinal et les AVC

Cette étude s’appuie sur plus d’une décennie de recherches menées par le Dr Hazen et son équipe sur le rôle du microbiome intestinal dans la santé et les maladies cardiovasculaires, notamment sur les effets néfastes du TMAO (triméthylamine N-oxyde), un sous-produit fabriqué lorsque les bactéries intestinales digèrent certains nutriments présents en abondance dans la viande rouge et d’autres produits animaux.

« Dans cette étude, nous avons constaté que la choline alimentaire et le TMAO entraînaient une augmentation de la taille et de la gravité des accidents vasculaires cérébraux, ainsi qu’une détérioration des résultats dans les modèles animaux », a déclaré le Dr Hazen, président du département des sciences cardiovasculaires. « Il est incroyable que la simple transplantation de microbes intestinaux capables de fabriquer du TMAO ait suffi à provoquer un changement profond dans la gravité de l’AVC. »

Les chercheurs ont comparé les lésions cérébrales dans des modèles précliniques d’AVC entre ceux qui présentaient des niveaux élevés ou réduits de TMAO. Au fil du temps, les personnes présentant des niveaux plus élevés de TMAO ont subi des lésions cérébrales plus étendues et un degré plus élevé de déficits fonctionnels moteurs et cognitifs après l’AVC. Les chercheurs ont également constaté que les changements alimentaires qui modifient les niveaux de TMAO, comme consommer moins de viande rouge et d’œufs, ont un impact sur la gravité de l’AVC.

« La fonctionnalité après un accident vasculaire cérébral (AVC) – qui se produit lorsque la circulation sanguine vers le cerveau est bloquée – est une préoccupation majeure pour les patients », a déclaré le Dr Hazen. « Pour comprendre si la choline et le TMAO affectent la fonctionnalité post-AVC, en plus de la gravité de l’AVC, nous avons comparé les performances sur diverses tâches avant l’AVC, puis à court et à long terme après l’AVC. »

Un nouvelle thérapie potentielle

L’équipe a découvert qu’une enzyme de microbe intestinal essentielle à la production de TMAO, appelée CutC, entraînait une aggravation de la sévérité de l’AVC et une détérioration des résultats.

Selon le Dr Zhu, le fait de cibler cette enzyme microbienne intestinale pourrait constituer une approche prometteuse pour prévenir l’AVC. « Lorsque nous avons réduit génétiquement au silence le gène du microbe intestinal qui code pour le CutC, la gravité de l’AVC a considérablement diminué », a-t-elle déclaré.

« Des recherches en cours explorent cette approche thérapeutique, ainsi que le potentiel des interventions diététiques pour aider à réduire les niveaux de TMAO et le risque d’AVC, étant donné qu’un régime occidental et un régime riche en viande rouge sont connus pour élever les niveaux de TMAO. Passer à des sources de protéines d’origine végétale permet de réduire la TMAO. »

Cette recherche a été publiée dans Cell Host & Microbe.

Source : Cleveland Clinic
Crédit photo : StockPhotoSecrets