cibler-la-réponse-cellulaire-du-SARS-CoV-2

Lorsqu’une personne est infectée par le SARS-CoV-2, le virus envahit ses cellules et les utilise pour se répliquer, ce qui soumet les cellules à un stress. Les approches actuelles pour traiter l’infection ciblent le virus lui-même au moyen de médicaments antiviraux. Mais les scientifiques de Cambridge ont changé d’orientation pour cibler plutôt la réponse cellulaire de l’organisme au virus.

Une nouvelle approche

Dans une nouvelle étude ils ont découvert que les trois branches d’une voie de signalisation à trois volets appelée « réponse aux protéines non pliées » (UPR) sont activées dans les cellules cultivées en laboratoire infectées par le SARS-CoV-2. On a également constaté que l’inhibition de l’UPR pour rétablir la fonction cellulaire normale à l’aide de médicaments réduisait considérablement la réplication du virus.

« Le virus responsable du COVID-19 active une réponse dans nos cellules, appelée UPR, qui lui permet de se répliquer », a déclaré le Dr Nerea Irigoyen du département de pathologie de l’université de Cambridge, auteure principale de ce rapport.

Elle ajoute : « grâce à des médicaments, nous avons pu inverser l’activation de cette voie cellulaire spécifique, ce qui a permis de réduire presque complètement la production de virus à l’intérieur des cellules, ce qui signifie que l’infection ne pouvait pas se propager à d’autres cellules. Cette stratégie antivirale contre le SARS-CoV-2 présente un potentiel intéressant. »

Une réduction de 99,5 % de la production du virus

Ce traitement avec un médicament qui cible une branche de la voie UPR a eu un certain effet sur la réduction de la réplication du virus. Mais ce traitement avec deux médicaments, appelés Ceapin-A7 et KIRA8, qui ciblent simultanément deux branches de la voie UPR, a réduit la production de virus dans les cellules de 99,5 %. Il s’agit de la première étude à montrer que l’association de deux médicaments a un effet beaucoup plus important sur la réplication du virus dans les cellules qu’un seul médicament.

Cette approche n’empêcherait pas une personne d’être infectée par le coronavirus, mais les scientifiques affirment que les symptômes seraient beaucoup plus légers et que la guérison serait plus rapide.

Les médicaments antiviraux actuellement utilisés pour traiter le COVID-19, comme le remdesivir, ciblent la réplication du virus. Mais s’il développe une résistance à ces médicaments, ils ne sont plus efficaces. En revanche, ce nouveau traitement cible la réponse des cellules infectées ; celle-ci ne changera pas, même si de nouveaux variants apparaissent, car le virus a besoin de cette réponse cellulaire pour se répliquer.

La prochaine étape consistera à tester ce traitement sur des modèles de souris. Les scientifiques veulent également voir s’il fonctionne contre d’autres virus, et contre des maladies telles que la fibrose pulmonaire et les troubles neurologiques qui activent également la réponse UPR dans les cellules.

Possiblement efficace contre d’autres virus

« Nous espérons que cette découverte permettra de mettre au point un médicament antiviral à large spectre, efficace pour traiter les infections par d’autres virus ainsi que par le SARS-CoV-2. Nous avons déjà constaté qu’il a également un effet sur le virus Zika. Il peut avoir un impact considérable », a déclaré M. Irigoyen.

Cette recherche a été publiée dans PLOS Pathogens.

Source : University of Cambridge
Crédit photo : Rawpixel