des-préjugés-nuisent-aux-femmes-qui-inventent

Il existe des préjugés bien connus qui limitent le nombre de femmes dans les sciences et les technologies. Il est désormais prouvé que les femmes sont moins nombreuses à figurer sur les brevets biomédicaux, ce qui semble avoir entraîné une réduction du nombre de technologies brevetées conçues pour résoudre des problèmes touchants spécifiquement ou de manière disproportionnée les femmes.

Des préjugés en science envers les femmes

Rembrand Koning, de la Harvard Business School, et ses collègues ont utilisé l’apprentissage automatique pour analyser plus de 444 000 brevets biomédicaux déposés aux États-Unis entre 1976 et 2010.

Les algorithmes ont analysé le texte des brevets pharmaceutiques et médicaux, attribuant à chacun une étiquette masculine ou féminine en fonction du contenu du texte. Par exemple, les textes mentionnant « organes féminins » ou « génétique féminine » ont été étiquetés comme féminins. Les chercheurs ont également vérifié le sexe des inventeurs désignés chaque fois que possible.

La proportion des brevets accordés à des équipes d’inventeurs contenant au moins autant de femmes que d’hommes a augmenté au fil des ans, mais pas beaucoup. Quelque 6,3 % de tous les brevets délivrés en 1976 entraient dans cette catégorie ; en 2010, le chiffre équivalent était de 16,2 %. Au total, les femmes ne figurent comme co-inventeurs que dans un quart des brevets déposés au cours de la période analysée.

Les femmes rencontrent des obstacles

« Nous savons qu’il y a tout simplement beaucoup de sexisme dans la société », déclare Mme Koning. « Et nous savons que les femmes rencontrent des obstacles rien qu’en devenant scientifiques, et qu’elles en rencontrent aussi lorsqu’elles commercialisent leurs idées. »

Koning et ses collègues ont également analysé ce que les brevets de cette étude visaient à réaliser. Les brevets déposés par des équipes exclusivement féminines étaient un tiers plus susceptibles de porter sur des questions relatives à la santé des femmes que ceux déposés par des groupes exclusivement masculins.

Les équipes dans lesquelles la plupart des co-inventeurs étaient des femmes avaient 18% de chances de plus de déposer des brevets pour des technologies qui aideraient les femmes.

S’il y avait eu une égalité dans le nombre d’hommes et de femmes demandant des brevets, M. Koning et ses collègues estiment qu’il y aurait eu environ 6500 inventions féminines de plus brevetées avec succès entre 1976 et 2010.

Des stéréotypes renforcés

« Non seulement les besoins et les problèmes des femmes sont invisibles, mais lorsque moins de femmes obtiennent des brevets et commercialisent leurs idées, cela renforce le stéréotype selon lequel les femmes ne créent pas de choses de valeur et ne sont ni des inventeurs ni des entrepreneurs », explique Jessica Lai de l’université Victoria de Wellington en Nouvelle-Zélande.

Cette recherche a été publiée dans Science.

Source : New Scientist
Crédit photo : StockPhotoSecrets