apnée-du-sommeil-aggrave-les-maladies-cardiaques

Selon une nouvelle déclaration scientifique de l’American Heart Association, les experts en soins de santé préconisent une sensibilisation accrue à l’apnée obstructive du sommeil chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires ou présentant des facteurs de risque tels que l’hypertension artérielle.

Un trouble très répandu

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) touche 40 à 80 % des personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, mais il n’est pas suffisamment reconnu et traité, selon le communiqué.

Le SAOS survient lorsqu’une obstruction des voies aériennes supérieures provoque des épisodes répétés de respiration perturbée pendant le sommeil. Les symptômes comprennent des ronflements, des interruptions de la respiration, un sommeil fragmenté et une somnolence diurne. En général, environ 34 % des hommes d’âge moyen et 17 % des femmes d’âge moyen répondent aux critères du SAOS.

« L’apnée obstructive du sommeil peut avoir un impact négatif sur la santé des patients et augmenter le risque d’événements cardiovasculaires et de décès. Cette déclaration vise à encourager une sensibilisation accrue, le dépistage et le traitement approprié de l’apnée du sommeil », a déclaré le président du groupe de rédaction de cette déclaration scientifique, Yerem Yeghiazarians, professeur de médecine.

Plusieurs facteurs de risque

Les facteurs de risque du SAOS sont l’obésité, un tour de cou important, des anomalies craniofaciales, le tabagisme, les antécédents familiaux et la congestion nasale nocturne. Le SAOS est associé à plusieurs complications cardiovasculaires. Par exemple : hypertension artérielle, troubles du rythme cardiaque, aggravation de l’insuffisance cardiaque, syndrome métabolique et diabète de type 2.

« Il est nécessaire d’améliorer les outils de diagnostic à domicile et de poursuivre les recherches sur les moyens d’identifier le risque cardiovasculaire chez les personnes atteintes de SAOS », a déclaré M. Yeghiazarians. « Malgré tout, le message global est clair : nous devons sensibiliser davantage au dépistage et au traitement du SAOS, en particulier chez les patients présentant des facteurs de risque cardiovasculaire dans leur vie quotidienne. »

Cette recherche a été publiée dans la revue Circulation.

Source : American Heart Association
Crédit photo : StockPhotoSecrets