vénus-possède-énormes-masses-terrestres

Certaines parties de la surface de Vénus sont constituées d’énormes blocs qui se déplacent comme des morceaux de continents sur Terre. Certains d’entre eux sont peut-être encore en mouvement, et ils pourraient nous aider à comprendre la Terre ancienne.

Des blocs comme des morceaux de continents

Paul Byrne, de la North Carolina State University, et ses collègues ont utilisé les données de la sonde Magellan, qui a orbité autour de Vénus de 1990 à 1994, pour dresser une carte des structures qu’ils ont appelées campi, présentes à la surface de cette planète.

Ils ont cartographié 58 campi, mais Byrne affirme qu’il y en a probablement d’autres qui ne sont pas aussi évidents. Ces structures sont d’énormes blocs de croûte planétaire, dont certains ne font que 100 kilomètres de large et d’autres plus de 1000, chacun étant délimité par des ceintures de crêtes et de rainures.

Les chercheurs ont ensuite utilisé des modèles informatiques de l’activité interne de Vénus pour comprendre comment ces campi se sont formés. Ils ont découvert que c’était probablement à cause de la roche en fusion qui s’agitait sous la surface de la planète, générant des tensions et des fissures dans la croûte.

La façon dont ces blocs semblent avoir bougé depuis leur formation est similaire à la façon dont ces morceaux de la croûte continentale se bousculent et s’entrechoquent sur Terre.

Vénus serait active géologiquement 

« Il s’agit d’éléments qui se déplacent à la surface en raison de blocs qui se déplacent à l’intérieur, et nous ne voyons cela nulle part ailleurs dans le système solaire, à l’exception de la Terre », explique Byrne. « Ajoutez cela à la pile de raisons circonstancielles pour lesquelles nous pensons que Vénus est actuellement géologiquement active ».

Comme le flux de chaleur à l’intérieur de Vénus est similaire à ce qu’il a pu être sur Terre pendant l’ère archéenne – la période allant d’environ 4 milliards à 2,5 milliards d’années où la vie a commencé à se former – ce phénomène sur Vénus pourrait être utilisé comme un modèle pour étudier la géologie de la Terre ancienne. « Si l’on peut comprendre comment est Vénus aujourd’hui, cela pourrait nous donner un aperçu de ce à quoi la Terre ressemblait autrefois », explique Byrne.

De futures missions visiteront Vénus

Deux des trois missions actuellement prévues pour visiter Vénus dans les prochaines décennies, elles transporteront des instruments radar qui aideront à établir des cartes détaillées de la surface de cette planète, ce qui révolutionnera notre compréhension de Vénus et de sa géologie, y compris de ces campi. La comparaison de ces nouvelles cartes avec celles de Magellan pourrait également révéler si les campi se sont formés il y a longtemps ou s’ils sont toujours en mouvement et en évolution à ce jour.

Cette recherche a été publiée dans PNAS.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay