un-vaccin-universel-cible-avec-succès-les-coronavirus

Des scientifiques de l’école de santé publique mondiale Gillings de l’université de Caroline du Nord ont mis au point un vaccin universel qui protège les souris non seulement contre le COVID-19 mais aussi contre d’autres coronavirus et qui incite le système immunitaire à combattre un variant dangereux.

Un vaccin potentiellement universel

Bien que personne ne sache quel virus pourrait provoquer la prochaine épidémie, les coronavirus restent une menace après avoir provoqué l’épidémie de SARS en 2003 et la pandémie mondiale de COVID-19. Pour prévenir une future pandémie de coronavirus, les chercheurs ont conçu ce vaccin de manière à assurer une protection contre l’actuel SARS-CoV-2 et un groupe de coronavirus connus pour passer des animaux aux humains.

Les auteurs principaux ont travaillé avec une équipe de scientifiques de l’UNC-Chapel Hill, de la faculté de médecine de l’université Duke et de la faculté de médecine Perelman de l’université de Pennsylvanie. Les chercheurs de l’UNC-Chapel Hill jouent un rôle-clé dans le développement du vaccin contre les coronavirus.

Après avoir testé l’efficacité de la première génération de vaccins COVID-19, ils se sont tournés vers un vaccin de deuxième génération, qui cible les sarbecovirus, a expliqué Ralph Baric. Les sarbecovirus, qui font partie de la grande famille des coronavirus, sont une priorité pour les virologues après que deux d’entre eux aient causé des maladies dévastatrices au cours des deux dernières décennies : le SARS et le COVID-19.

Un assemblage d’ARNm de plusieurs coronavirus

L’approche de l’équipe a commencé par l’ARNm, qui est similaire aux vaccins Pfizer et Moderna utilisés actuellement. Mais au lieu d’inclure le code ARNm d’un seul virus, ils ont assemblé l’ARNm de plusieurs coronavirus.

Lorsqu’il a été administré à des souris, ce vaccin hybride a effectivement généré des anticorps neutralisants contre plusieurs protéines S – que les virus utilisent pour s’accrocher aux cellules saines, y compris une protéine associée à B.1.351, qui est connue sous le nom de variant sud-africain.

« Ce vaccin a le potentiel de prévenir les épidémies lorsqu’il est utilisé dès qu’un nouveau variant est détecté », a déclaré Baric, un pionnier de la préparation aux pandémies.

L’article de cette étude comprend des données sur des souris infectées par le SARS-CoV-2 et des coronavirus apparentés. Ce vaccin a permis de prévenir l’infection et les lésions pulmonaires chez les souris. Des tests supplémentaires pourraient mener à des essais cliniques sur l’homme l’année prochaine.

Prévenir un SRAS-CoV-3

« Nos résultats sont prometteurs pour l’avenir car ils suggèrent que nous pouvons concevoir des vaccins pan-coronavirus plus universels contre des virus dont nous savons qu’ils risquent d’émerger chez l’homme », a déclaré David Martinez. « Avec cette stratégie, nous pourrons peut-être prévenir un SRAS-CoV-3 ».

Cette recherche a été publiée dans Science.

Source : University of North Carolina at Chapel Hill
Crédit photo : Rawpixel