nous-savons-quand-les-premières-étoiles-se-sont-activées

Entre 250 et 350 millions d’années après le big Bang, l’aube cosmique s’est levée. Les mesures effectuées sur six des galaxies les plus lointaines que nous ayons jamais vues ont permis aux chercheurs d’effectuer les calculs les plus précis jamais réalisés sur la date de formation des premières étoiles.

Des mesures avec six galaxies lointaines

« Avant l’aube cosmique, l’univers était sombre et ne contenait que des nuages d’hydrogène, et maintenant, bien sûr, nous sommes entourés de toute cette belle structure cosmique et de trillions d’étoiles dans le ciel nocturne », explique Richard Ellis de l’University College London. « La question est de savoir quand tout cela a commencé ».

Ellis et ses collègues ont choisi six des galaxies les plus lointaines que nous ayons jamais vues, toutes situées à plus de 25 milliards d’années-lumière. Comme la lumière de ces galaxies a mis beaucoup de temps à nous parvenir, nous voyons ces galaxies telles qu’elles étaient il y a des milliards d’années, ce qui en fait une fenêtre sur les débuts de l’univers.

Les premières étoiles qui se sont formées

Les chercheurs ont observé ces six galaxies à l’aide de quatre des télescopes les plus puissants de la planète afin de mesurer leurs distances aussi précisément que possible et de déterminer l’âge des étoiles qu’elles contiennent. Ces étoiles lointaines font partie des toutes premières étoiles qui se sont formées. Leur âge nous indique donc la date de l’aube cosmique, que les chercheurs ont calculée à environ 13,5 milliards d’années.

« Si nous avions mesuré l’âge d’une seule galaxie, les sceptiques auraient dit qu’il s’agissait peut-être d’une galaxie spéciale, mais nous en avons six », déclare Ellis. « C’est la première estimation significative du moment où l’aube cosmique s’est produite, car elle est basée sur une population importante de galaxies ».

Le télescope spatial James Webb

Aucun de nos télescopes actuels n’est assez puissant pour observer directement ces premières étoiles, car elles sont tout simplement trop éloignées. Mais Ellis et ses collègues ont calculé qu’étant donné le moment qu’ils ont trouvé pour l’aube cosmique, le prochain télescope spatial James Webb devrait être capable de les voir. Son lancement est prévu en novembre, et l’équipe a déjà prévu du temps pour observer les étoiles qui commencent à s’activées. « Nous sommes maintenant très proches d’assister directement à ce moment très intéressant », déclare Ellis.

Cette recherche a été publiée dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. (sous presse)

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay