les-feux-de-forêt-affectent-le-plumage-des-troglodytes

Le feu sans la pluie rend les troglodytes très ternes. À mesure que le climat se réchauffe et que les incendies deviennent de plus en plus fréquents, ces oiseaux se débarrassent de leur plumage brillant pour mieux se fondre dans le paysage brûlé.

L’impact des feux de forêt

Jordan Boersma, de l’université d’État de Washington aux États-Unis, étudiait la physiologie du troglodyte à dos roux (Malurus melanocephalus), un petit oiseau énergique originaire des prairies du nord de l’Australie, lorsque lui et son équipe ont fait cette découverte.

« J’étais au milieu d’une autre expérience lorsque ce feu de forêt est arrivé et a brûlé tous les territoires de reproduction », explique-t-il. Tous les sites de nidification ayant brûlé juste avant la saison de reproduction des oiseaux, Boersma et ses collègues ont décidé de changer d’objectif.

En observant ces oiseaux entrer dans leur saison de reproduction, ils ont remarqué que les mâles, qui se parent généralement de plumes noires de jais et de la fameuse tache rouge sur le dos pour attirer les femelles, ne le faisaient pas. Au lieu de cela, ils restaient ternes et bruns. Même les mâles les plus âgés, qui n’ont plus beaucoup de saisons de reproduction, sont restés assis.

Moins de testostérone

L’équipe a prélevé des échantillons de sang de ces oiseaux avant l’incendie et les a comparés aux échantillons prélevés après la destruction des sites de nidification. Ils ont constaté que les mâles ternes avaient un taux de testostérone réduit, mais que tous les autres signes indiquaient une bonne santé.

« Cette espèce s’est adaptée au feu parce qu’elle a évolué dans des savanes qui ont tendance à brûler », a déclaré M. Boersma. Selon lui, s’il n’y a pas d’endroit où nicher, il ne vaut peut-être pas la peine de prendre le risque d’adopter des couleurs vives qui pourraient attirer l’attention d’un prédateur affamé. Il serait plus sûr de retarder ou de sauter la saison de reproduction.

Les troglodytes ne sont manifestement pas étrangers au feu, mais on ne sait pas exactement comment le fait de sauter des saisons de reproduction consécutives en raison de la sécheresse et des incendies de plus en plus violents affectera le nombre d’oiseaux à l’avenir.

Cette recherche a été publiée dans Journal of Avian Biology.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

martinChangement Climatique
Le feu sans la pluie rend les troglodytes très ternes. À mesure que le climat se réchauffe et que les incendies deviennent de plus en plus fréquents, ces oiseaux se débarrassent de leur plumage brillant pour mieux se fondre dans le paysage brûlé. L'impact des feux de forêt Jordan Boersma, de...