le-chocolat-fait-perdre-du-poids-chez-les-femmes-ménopausées

Manger du chocolat au lait tous les jours peut sembler une recette pour prendre du poids, mais une nouvelle étude menée auprès de femmes ménopausées a révélé que la consommation d’une quantité concentrée de chocolat pendant une courte période de temps le matin, peut aider le corps à brûler les graisses et à réduire le taux de sucre dans le sang.

Le chocolat pour perdre du poids

Pour connaître les effets de la consommation de chocolat au lait à différents moments de la journée, des chercheurs de l’université Brigham ont collaboré avec des chercheurs de l’université de Murcie en Espagne. Ensemble, ils ont mené un essai croisé randomisé et contrôlé auprès de 19 femmes ménopausées qui ont consommé soit 100 g de chocolat le matin (dans l’heure qui suit le réveil), soit le soir (dans l’heure qui précède le coucher). Ils ont comparé la prise de poids et de nombreuses autres mesures à l’absence de consommation de chocolat.

Les chercheurs rapportent que parmi les femmes étudiées :

  • La consommation de chocolat le matin ou le soir n’a pas entraîné de prise de poids.
  • Manger du chocolat le matin ou le soir peut influencer la faim et l’appétit, la composition du microbiote, le sommeil, etc.
  • Une consommation élevée de chocolat pendant les heures du matin pourrait contribuer à brûler les graisses et à réduire la glycémie.
  • Le chocolat consommé le soir ou la nuit modifie le métabolisme de repos et d’exercice du lendemain matin.

Le « moment » a un impact majeur

Nos résultats soulignent que non seulement « quoi » mais aussi « quand » nous mangeons peut avoir un impact sur les mécanismes physiologiques impliqués dans la régulation du poids corporel », a déclaré Frank A.J.L. Scheer.

« Nos volontaires n’ont pas pris de poids malgré l’augmentation de l’apport calorique. Nos résultats montrent que le chocolat réduit l’apport énergétique ad libitum, ce qui est cohérent avec la réduction observée de la faim, de l’appétit et de l’envie de sucreries montrée dans des études précédentes », a déclaré Marta Garaulet.

Cette recherche a été publiée dans The FASEB Journal.

Source : Harvard University
Crédit photo : iStock