la-pollution-affecte-les-bébés-chez-les-femmes-enceintes

Selon des études réalisées ces dernières années, la pollution atmosphérique affecte la thyroïde. Les hormones thyroïdiennes sont essentielles pour réguler la croissance et le métabolisme du fœtus et jouent un rôle important dans le développement neurologique. La thyroxine (T4) est la principale hormone thyroïdienne qui circule et l’hormone thyroïdienne stimulante est la TSH.

La pollution et le niveau de thyroxine

À 48 heures, les nouveau-nés subissent un test de piqûre au talon au cours duquel on mesure les taux de thyroxine et de TSH dans le sang. Si l’équilibre de ces hormones thyroïdiennes n’est pas bon, le risque de développer des maladies augmente. C’est pourquoi, « cette étude a cherché à analyser la relation entre la pollution atmosphérique pendant la grossesse et le niveau de thyroxine chez le nouveau-né », explique Amaia Irizar-Loibide, chercheuse au Département de médecine préventive et de santé publique.

Le dioxyde d’azote (NO2) et les particules fines d’un diamètre inférieur à 2,5 microns (PM2.5) sont deux des principaux polluants liés à la pollution atmosphérique et au trafic automobile. Les particules PM2,5 par exemple sont très fines et pénètrent facilement dans les voies respiratoires. « Dans ce travail, nous avons spécifiquement analysé l’effet de l’exposition maternelle à ces particules fines et au dioxyde d’azote pendant la grossesse et le lien existant avec les niveaux de thyroxine chez les nouveau-nés. Nous avons effectué un suivi hebdomadaire, car le développement du fœtus varie fortement d’une semaine à l’autre. Nous avons donc essayé de mener la recherche la plus détaillée possible afin de déterminer quelles sont les semaines de grossesse les plus sensibles », ajoute le chercheur.

Les particules fines affectent le niveau de thyroxine 

Selon Amaia Irizar, « les résultats obtenus dans cette étude ont révélé la relation directe entre l’exposition aux particules fines pendant la grossesse et le niveau de thyroxine chez les nouveau-nés. En revanche, nous n’avons pas observé de lien clair avec l’exposition au dioxyde d’azote ». Ces résultats coïncident donc avec les recherches antérieures. « Ce que nous avons vu dans ce travail, a souligné Irizar, c’est que l’exposition pendant les premiers mois de la grossesse a une influence directe sur l’équilibre des hormones thyroïdiennes.’

« Les bébés ont tendance à avoir un taux de thyroxine plus faible. Au fur et à mesure que la grossesse avance, nous avons constaté que ce lien s’atténue progressivement, c’est-à-dire que l’exposition de la mère devient progressivement moins importante. Cependant en fin de grossesse, ce lien redevient apparent, mais présente un effet inverse : lorsque la concentration de ces particules fines augmente, nous avons constaté que le niveau d’hormones thyroïdiennes augmente également, ce qui a l’effet inverse sur l’équilibre ».

« Le mécanisme qui se cache derrière tout cela n’est pas clair. En tout cas, nous sommes arrivés à la conclusion que les périodes les plus sensibles de la grossesse en matière de pollution atmosphérique sont les premiers et les derniers mois », a souligné le chercheur.

Mieux comprendre certains effets de la pollution

« La tâche suivante consistera à étudier les mécanismes par lesquels ces particules fines provoquent des effets opposés en début et en fin de grossesse. En fait, ces particules ne sont rien d’autre que de petites sphères composées de carbone, et on ne sait pas si l’effet que ces sphères est dû au fait qu’elles passent du placenta au bébé, si d’autres composants attachés aux particules sont libérés une fois qu’elles ont pénétré dans l’organisme. », a-t-elle expliqué. « Nous devons continuer à étudier si l’exposition pendant la grossesse affecte non seulement les hormones thyroïdiennes, mais aussi d’autres aspects tels que le développement neuropsychologique, la croissance, l’obésité, etc. », a expliqué Amaia Irizar.

Cette recherche a été publiée dans Environmental Research.

Source : University of the Basque Country
Crédit photo : StockPhotoSecrets

La pollution affecte les bébés chez les femmes enceintesmartinPollution
Selon des études réalisées ces dernières années, la pollution atmosphérique affecte la thyroïde. Les hormones thyroïdiennes sont essentielles pour réguler la croissance et le métabolisme du fœtus et jouent un rôle important dans le développement neurologique. La thyroxine (T4) est la principale hormone thyroïdienne qui circule et l’hormone thyroïdienne...