la-psilocybine-stimule-la-croissance-des-connexions-neurales

La psilocybine, une drogue psychédélique, un composé naturel présent dans certains champignons, est étudiée depuis des années comme traitement potentiel de la dépression. Mais on ne sait pas encore exactement comment elle agit sur le cerveau ni combien de temps ses effets bénéfiques peuvent durer.

Un traitement potentiel de la dépression

Dans une nouvelle étude, des chercheurs de Yale montrent qu’une dose unique de psilocybine administrée à des souris a entraîné une augmentation immédiate et durable des connexions entre les neurones.

« Non seulement nous avons constaté une augmentation de 10 % du nombre de connexions neuronales, mais celles-ci étaient en moyenne 10 % plus grandes, ce qui signifie que ces connexions étaient également plus fortes », a déclaré Alex Kwan, professeur associé de psychiatrie et de neurosciences à Yale et auteur principal d’un article.

De précédentes expériences en laboratoire avaient montré que la psilocybine, ainsi que la kétamine, un anesthésique, pouvaient réduire la dépression. Cette  nouvelle étude de Yale a révélé que ces composés augmentent la densité des épines dendritiques, de petites protubérances présentes sur les cellules nerveuses qui facilitent la transmission des informations entre les neurones. Le stress chronique et la dépression sont connus pour réduire le nombre de ces connexions neuronales.

Des changements durables

À l’aide d’un microscope à balayage laser, Kwan et le premier auteur, Ling-Xiao Shao, ont réalisé des images à haute résolution des épines dendritiques et les ont suivies pendant plusieurs jours chez des souris vivantes. Ils ont constaté une augmentation du nombre d’épines dendritiques et de leur taille dans les 24 heures suivant l’administration de psilocybine. Ces changements étaient toujours présents un mois plus tard. De plus, des souris soumises à un stress ont montré des améliorations comportementales et une augmentation de l’activité des neurotransmetteurs après avoir reçu de la psilocybine.

Pour certaines personnes, la psilocybine, un composé actif des « champignons magiques », peut produire une expérience mystique profonde. Cette substance psychédélique était un élément essentiel des cérémonies religieuses des populations indigènes du Nouveau Monde et est également une drogue récréative populaire.

Selon M. Kwan, ce sont peut-être les nouveaux effets psychologiques de la psilocybine elle-même qui stimulent la croissance des connexions neuronales. « C’était une véritable surprise de constater des changements aussi durables après une seule dose de psilocybine », a-t-il déclaré. « Ces nouvelles connexions pourraient être les changements structurels que le cerveau utilise pour stocker de nouvelles expériences ».

Cette recherche a été publiée dans Neuron.

Source : Yale University
Crédit photo : Pexels