les-poissons-deviennent-dépendants-des-méthamphétamines

La consommation de drogues illicites est un problème de santé mondial croissant, qui représente une charge financière de plusieurs centaines de milliards de dollars rien qu’aux États-Unis. Mais sous les coûts sociétaux de cette épidémie humaine se cache une crise écologique potentielle. Alors que les niveaux de méthamphétamine augmentent dans les cours d’eau douce, les poissons deviennent de plus en plus dépendants.

La pollution par la méthamphétamine

« Là où il y a des consommateurs de méthamphétamine, il y a aussi une pollution par la méthamphétamine », explique Pavel Horký, de l’université tchèque des sciences de la vie. Les humains excrètent des méthamphétamines dans les eaux usées, mais les stations d’épuration ne sont pas conçues pour traiter ces substances. C’est pourquoi, lorsque les eaux usées traitées s’écoulent dans les cours d’eau, les méthamphétamines et autres drogues s’y retrouvent également.

Dans certains cours d’eau de la République tchèque, les concentrations de méthamphétamine ont été mesurées à des centaines de nanogrammes par litre, selon Horký et ses collègues, mais l’effet de ces niveaux sur les animaux aquatiques n’était pas clair.

Pour étudier la question, ils ont mis en place une expérience visant à détecter les éventuels effets secondaires indésirables de cette épidémie écologique cachée. Ils ont réparti 120 truites brunes (Salmo trutta) dans deux réservoirs de 350 litres. L’eau de l’un de ces réservoirs contenait des méthamphétamines dont les concentrations correspondaient à celles mesurées dans les cours d’eau naturels, tandis que l’autre réservoir était laissé non contaminé à titre de contrôle.

Après huit semaines, les chercheurs ont retiré la méthamphétamine du réservoir expérimental. Au cours de la période de « sevrage » de 10 jours qui a suivi, Horký a testé des poissons choisis au hasard dans les deux groupes afin de détecter les signes de dépendance et de sevrage. Pour ce faire, il a construit un réservoir dans lequel l’eau pouvait entrer d’un côté et sortir de l’autre, comme si un cours d’eau traversait l’enceinte. L’un des côtés de l’écoulement contenait la même quantité de méthamphétamine que celle contenue dans le réservoir expérimental.

Les poissons seraient gravement affectés

Les poissons témoins n’ont montré aucune préférence pour l’un ou l’autre côté du courant simulé, mais les poissons exposés à la méthamphétamine ont choisi à plusieurs reprises de rester dans l’eau droguée.

De plus, les poissons exposés à la méthamphétamine présentaient des niveaux élevés de méthamphétamine dans leur tissu cérébral et étaient également moins actifs que la normale – ce qui pourrait réduire leurs chances de survie et de reproduction. « L’appétit des poissons pour les récompenses de la drogue pourrait éclipser les récompenses naturelles comme la recherche de nourriture ou l’accouplement », explique Horký. « Une telle contamination pourrait modifier le fonctionnement d’écosystèmes entiers ».

Cette recherche a été publiée dans Journal of Experimental Biology.

Source : New Scientist
Crédit photo : iStock