la-phosphine-indique-une-activité-volcanique-sur-vénus

Selon de nouvelles recherches de l’université Cornell, des traces de phosphine indiquent une activité volcanique sur Vénus. L’automne dernier, les scientifiques ont révélé que la phosphine se trouvait à l’état de traces dans la haute atmosphère de cette planète. Cette découverte laissait entrevoir la mince possibilité que la phosphine serve de signature biologique pour cette planète chaude et toxique.

Une activité volcanique

Maintenant, les scientifiques de Cornell disent que l’empreinte chimique soutient une découverte scientifique différente et importante : une signature géologique, montrant des preuves de volcans explosifs sur Vénus.

« La phosphine ne nous renseigne pas sur la biologie de Vénus », a déclaré Jonathan Lunine, professeur de sciences physiques et directeur du département d’astronomie de Cornell. « Elle nous renseigne sur la géologie. La science pointe vers une planète qui présente un volcanisme explosif actif aujourd’hui ou dans un passé très récent. »

Ngoc Truong et Lunine soutiennent que le volcanisme est le moyen par lequel la phosphine pénètre dans la haute atmosphère de Vénus, après avoir examiné les observations faites par le télescope James Clerk Maxwell, situé au sommet du Mauna Kea à Hawaï et fonctionnant à une longueur d’onde submillimétrique, et par l’Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) dans le nord du Chili.

Les phosphures réagissent avec l’acide sulfurique 

Si Vénus possède du phosphure – une forme de phosphore présente dans le manteau profond de cette planète – et s’il est amené à la surface de manière explosive et volcanique, puis injecté dans l’atmosphère, ces phosphures réagissent avec l’acide sulfurique de l’atmosphère vénusienne pour former de la phosphine, a expliqué M. Truong.

Lunine a déclaré que leur modèle de phosphine « suggère l’existence d’un volcanisme explosif », tandis que « les images radar du vaisseau spatial Magellan dans les années 1990 montrent que certaines caractéristiques géologiques pourraient appuyer cette hypothèse. »

En 1978, lors de la mission de l’orbiteur Pioneer de la NASA sur Vénus, les scientifiques ont découvert des variations de dioxyde de soufre dans la haute atmosphère de Vénus, laissant entrevoir la perspective d’un volcanisme explosif, selon Truong, similaire à l’ampleur de l’éruption volcanique du Krakatoa en Indonésie en 1883. Mais Truong,a ajouté « la confirmation d’un volcanisme explosif sur Vénus grâce au gaz phosphine était totalement inattendue. »

Cette recherche a été publiée dans PNAS.

Source : Cornell University
Crédit photo : Pixabay