des-capteurs-médicaux-alimentés-par-la-sueur

De petites piles à biocarburant peuvent récolter suffisamment d’énergie à partir de la sueur du bout des doigts d’une personne, pour alimenter des capteurs médicaux portables, qui permettent de suivre l’état de santé et la nutrition – et comme le bout des doigts est l’une des parties du corps qui transpire le plus, ces capteurs pourraient être alimentés toute la journée.

Des capteurs alimentés par la sueur

Lu Yin, de l’université de Californie à San Diego, et ses collègues ont créé un dispositif qui décompose un composé dissous dans la sueur, le lactate. Il est composé de cellules biocombustibles qui s’insèrent dans de minces coussinets collés au bout des doigts. Elles absorbent la sueur dans une fine couche de mousse, où une enzyme oxyde le lactate présent dans la sueur pour créer une charge électrique.

Chaque coussinet des doigts peut générer une puissance de 20 à 40 microwatts et récolter 300 millijoules d’énergie par centimètre carré pendant 10 heures de sommeil. Ce n’est pas suffisant pour faire fonctionner des appareils gourmands en énergie comme les smartwatches ou les téléphones portables, mais c’est plus que suffisant pour des capteurs légers qui détectent une série de paramètres tels que la fréquence cardiaque, les carences en vitamines et les niveaux de glucose.

Les doigts ont beaucoup de glandes sudoripares

Les chercheurs ont déjà créé des appareils alimentés par la sueur, mais ils avaient besoin de grands volumes de sueur, comme lorsqu’un sujet fait du jogging. Le bout des doigts présente la plus forte concentration de glandes sudoripares du corps et produit une charge continue même si le porteur ne fait pas d’exercice.

« Même avec une quantité infime de sueur par rapport à celle obtenue lors d’une séance d’entraînement vraiment intense, cette puissance reste très impressionnante », explique Yin. « Peu importe à quel point votre main est propre, il est très facile de laisser votre empreinte digitale partout. C’est en fait le résidu de votre sueur, avec beaucoup de métabolites. Ce que nous avons fait, c’est de tirer parti de cela. »

Une enzyme plus stable

Actuellement, l’enzyme qui est la clé de la réaction commence à se dégrader et à devenir inefficace après deux semaines. Selon Yin, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour créer une enzyme stable qui puisse être utilisée dans des capteurs permanents.

Cette recherche a été publiée dans Joule.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels