les-femmes-ophtalmologistes-seraient-moins-rémunérées

Une nouvelle étude de population portant sur près de 30 ans de données de facturation démontre qu’il existe des différences fondées sur le sexe dans les paiements du Régime d’assurance-maladie de l’Ontario (OHIP) pour les ophtalmologistes canadiens.

Des disparités de paiements 

Une équipe dirigée par des chercheurs et des cliniciens du Donald K. Johnson Eye Institute, a étudié 22 389 médecins ontariens sur trois décennies et a constaté un écart de paiement significatif entre les ophtalmologistes féminins et masculins, même en tenant compte de l’âge et de certaines différences de pratique. Cette disparité était plus prononcée chez les ophtalmologistes que dans les autres groupes de spécialités chirurgicales, médicales procédurales et médicales non procédurales.

« Il s’agit de données administratives réelles et précises sur la santé », a déclaré la Dre Tina Felfeli, étudiante au doctorat ainsi que première auteure de cette étude. « Dans un environnement de rémunération à l’acte, on ne se serait pas attendu à des différences entre les sexes dans les paiements de l’OHIP . » Elle ajoute :  » ces résultats sont très surprenants.  »

Les données ont été recueillies sur les paiements à l’acte de l’OHIP entre 1992 et 2018, par le biais de la base de données de l’Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES). L’ICES est un institut de recherche à but non lucratif, qui mène des études, qui évaluent la prestation et les résultats des soins de santé.

Jusqu’à présent, la majorité des études portant sur la disparité de rémunération entre les femmes et les hommes s’appuyaient sur les revenus autodéclarés dans des enquêtes ou sur les paiements Medicare/Medicaid, ne saisissant qu’un sous-ensemble de données de facturation.

Un faible représentation des femmes

« L’un des résultats les plus intéressants de cette étude est que les femmes semblent avoir la plus faible représentation en ophtalmologie par rapport aux autres groupes de spécialités combinés, et c’est là que nous voyons la plus grande disparité des paiements », a déclaré le Dr Yvonne Buys, une clinicienne chercheure au Donald K. Johnson Eye Institute, et un auteur principal de cette étude.

L’étude de la disparité entre les sexes en matière de rémunération et d’avancement des médecins pour les femmes travaillant dans des spécialités médicales est une préoccupation majeure du Dr Buys. Cette étude s’appuie sur des travaux antérieurs qu’elle a réalisés dans ce domaine. « On a l’impression que les femmes sont moins bien payées parce qu’elles ne travaillent pas autant d’heures que les hommes, ou qu’elles sont en quelque sorte moins productives », explique le Dr Buys, « mais cette étude montre que ce n’est pas le cas ».

« La prochaine étape de cette recherche est donc de découvrir pourquoi cette disparité existe. À une époque où un nombre croissant de femmes choisissent de faire des études de médecine, le fait d’éliminer les obstacles à la progression des femmes dans les spécialités chirurgicales rendra probablement l’ophtalmologie plus attrayante pour les générations futures », déclare le Dr Felfeli. Elle ajoute : « ce sera un pas important vers la diversité et l’inclusion en médecine.

Cette recherche a été publiée dans Ophthalmology.

Source : University Health Network
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Les femmes ophtalmologistes seraient moins rémunéréesmartinSociété
Une nouvelle étude de population portant sur près de 30 ans de données de facturation démontre qu'il existe des différences fondées sur le sexe dans les paiements du Régime d'assurance-maladie de l'Ontario (OHIP) pour les ophtalmologistes canadiens. Des disparités de paiements  Une équipe dirigée par des chercheurs et des cliniciens du...