741-000-nouveaux-cas-de-cancer-liés-à-la-consommatiom-alcool

De nouvelles recherches menées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) estiment qu’environ 740 000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués l’année dernière peuvent être attribués à la consommation d’alcool. Cette recherche appelle à des stratégies de santé publique plus importantes pour sensibiliser les gens au lien entre l’alcool et le cancer.

Le cancer et la consommation d’alcool

Cette nouvelle étude offre l’estimation la plus récente en comparant les données sur la consommation d’alcool par personne recueillies en 2010 avec les nouveaux cas de cancer signalés en 2020. Les résultats estiment que 741 300 nouveaux cas de cancer en 2020 pourraient être associés à la consommation d’alcool, ce qui représente environ 4 % de tous les nouveaux cas de cancer dans le monde.

Le lien entre l’alcool et le cancer varie considérablement d’un pays à l’autre. Six pour cent des nouveaux cas de cancer en Chine pourraient être liés à la consommation d’alcool, alors que seulement trois pour cent environ des nouveaux cas aux États-Unis sont potentiellement liés à l’alcool.

« Ces tendances suggèrent que, bien qu’il y ait une diminution de la consommation d’alcool par personne dans de nombreux pays européens, la consommation d’alcool est en hausse dans les pays asiatiques tels que la Chine et l’Inde, et en Afrique subsaharienne », rapporte Harriet Rumgay du CIRC.

Les hommes sont plus touchés

Les hommes représentaient les trois quarts de tous les cas de cancer liés à l’alcool. Les cancers de l’œsophage, du foie et du sein étaient les plus souvent liés à la consommation d’alcool. Et, alors que la consommation excessive d’alcool était à l’origine de la plupart des cas, un cancer sur sept lié à l’alcool était associé à une consommation modérée.

« Notre étude met en évidence la contribution des niveaux de consommation d’alcool, même relativement faibles, aux taux de cancer, ce qui est préoccupant, mais suggère également que de petits changements dans le comportement de la population en matière de consommation d’alcool pourraient avoir un impact positif sur les taux de cancer futurs », déclare M. Rumgay.

Les chercheurs soulignent clairement les limites de ce type d’analyses. Par exemple, cette étude ne tient pas compte de la relation entre la consommation d’alcool et de tabac, deux substances cancérigènes souvent consommées en synergie.

Toutefois, cette étude indique que ses conclusions sont des estimations prudentes basées sur la consommation d’alcool par habitant à partir des chiffres des ventes commerciales. On pense qu’environ un quart de la consommation mondiale d’alcool a lieu en dehors des données de ventes commerciales, et l’on suppose donc que les résultats actuels sont plus susceptibles de sous-estimer l’impact total de l’alcool sur le cancer.

Selon Mme Rumgay, la conclusion la plus importante de cette nouvelle étude est de sensibiliser le public à la relation entre l’alcool et le cancer. Elle recommande un certain nombre d’interventions de santé publique fondées sur des politiques pour aider à réduire la charge mondiale du cancer lié à l’alcool.

Restreindre l’accessibilité à l’alcool

« Les stratégies de santé publique, telles que la réduction de la disponibilité de l’alcool, l’étiquetage des produits alcoolisés avec un avertissement sanitaire et les interdictions de commercialisation, pourraient réduire les taux de cancer dus à l’alcool », explique Mme Rumgay. « Les politiques fiscales et tarifaires qui ont conduit à une diminution de la consommation d’alcool en Europe, notamment l’augmentation des droits d’accises et la fixation d’un prix unitaire minimum, pourraient également être mises en œuvre dans d’autres régions du monde. »

Cette recherche a été publiée dans The Lancet Oncology.

Source : The Lancet
Crédit photo : Pexels

741 000 nouveaux cas de cancer liés à la consommation d'alcoolmartinSociété
De nouvelles recherches menées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) estiment qu'environ 740 000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués l'année dernière peuvent être attribués à la consommation d'alcool. Cette recherche appelle à des stratégies de santé publique plus importantes pour sensibiliser les gens au lien...