la-pollution-est-liée-à-de-mauvais-résultas-scolaires

Les enfants exposés à des niveaux élevés de pollution atmosphérique peuvent être plus susceptibles d’avoir un mauvais contrôle inhibiteur à la fin de l’enfance et de mauvaises aptitudes scolaires au début de l’adolescence, notamment en orthographe, en compréhension de la lecture et en mathématiques.

La pollution et un mauvais contrôle inhibiteur

On a constaté que les difficultés d’inhibition à la fin de l’enfance étaient un précurseur des problèmes scolaires ultérieurs liés à la pollution atmosphérique. Les interventions qui ciblent le contrôle de l’inhibition pourraient améliorer ces résultats.

Les enfants dont le contrôle inhibiteur est faible sont moins capables d’ignorer une réponse courante en faveur d’une réponse plus inhabituelle – comme la réponse naturelle qui consiste à dire « haut » lorsqu’une flèche est orientée vers le haut ou « aller » lorsqu’un feu est vert – et de dire plutôt « bas » ou « stop » », explique la première auteure de cette étude, Amy Margolis. « En compromettant le contrôle inhibiteur de l’enfance, l’exposition prénatale à la pollution atmosphérique peut altérer les bases sur lesquelles se construisent les compétences scolaires ultérieures. »

« Lors de l’évaluation des problèmes d’apprentissage des élèves et de la formulation de plans de traitement, les parents et les enseignants devraient considérer que les problèmes scolaires liés à des expositions environnementales peuvent nécessiter une intervention axée sur les problèmes de contrôle inhibiteur, plutôt que sur les déficits des compétences liées au contenu, comme c’est généralement le cas dans les interventions conçues pour traiter les troubles de l’apprentissage », ajoute Margolis.

Réduire la pollution atmosphérique peut aider

« Cette étude vient s’ajouter à un nombre croissant de publications montrant les effets délétères de l’exposition prénatale à la pollution atmosphérique sur la santé des enfants, y compris sur leurs résultats scolaires « , déclare la coauteure Julie Herbstman, professeur associé en sciences de la santé environnementale à la Mailman School de Columbia. « La réduction des niveaux de pollution atmosphérique peut prévenir ces effets néfastes et entraîner une amélioration des résultats scolaires des enfants. »

Ces nouveaux résultats s’alignent sur ceux d’une recherche antérieure de Columbia, qui a révélé qu’un marqueur d’ADN pour l’exposition aux HAP était associé à un développement altéré de la capacité d’autorégulation et des symptômes du TDAH.

Cette étude a suivi 200 enfants inscrits dans une étude de cohorte longitudinale dans le nord de Manhattan et le Bronx. Les chercheurs ont recueilli des mesures des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP, un composant majeur de la pollution atmosphérique) présents dans l’air au cours du troisième trimestre de la grossesse, une période où le fœtus est très vulnérable aux agressions environnementales. Des tests de contrôle inhibiteur ont été administrés vers l’âge de 10 ans et des tests de réussite scolaire vers l’âge de 13 ans.

Contrôle inhibiteur et apprentissage

Lorsque les élèves apprennent de nouveaux concepts, ils doivent souvent passer outre une habitude antérieure afin d’intégrer une nouvelle règle dans une compétence. Par exemple, lorsqu’il apprend à lire une voyelle, un enfant apprend que la lettre A, a un son vocalique court « avion » mais un son long lorsque la consonne est suivie d’un « E silencieux », comme dans « vaste ».

Cette recherche a été publiée dans Environmental Research.

Source : Columbia University’s Mailman School of Public Health
Crédit photo : Pexels

La pollution est liée à de mauvais résultats scolairesmartinPollution
Les enfants exposés à des niveaux élevés de pollution atmosphérique peuvent être plus susceptibles d'avoir un mauvais contrôle inhibiteur à la fin de l'enfance et de mauvaises aptitudes scolaires au début de l'adolescence, notamment en orthographe, en compréhension de la lecture et en mathématiques. La pollution et un mauvais contrôle...