le-bois-toxique-transformé-en-biocarburant-par-les-termites

Les termites sont réputés pour dévorer le bois. Maintenant, il a été démontré que les bactéries présentes dans les intestins d’une espèce de termite pouvaient décomposer la créosote toxique, utilisée pour préserver le bois. Cette découverte pourrait être utile pour transformer les déchets de bois traités chimiquement en biocarburants.

Des bactéries et du biocarburant

Les viscères des termites sont de minuscules bioréacteurs regorgeant de microbes qui permettent à ces insectes de digérer la lignine et la cellulose du bois. Des études antérieures suggèrent que ces micro-organismes intestinaux pourraient être la clé de la transformation de la lignocellulose – la source de carbone renouvelable la plus abondante de la planète – en biocarburants par digestion anaérobie.

Les digesteurs anaérobies utilisent généralement des microbes producteurs de méthane en l’absence d’oxygène pour convertir les déchets alimentaires ou les eaux usées en biogaz – un mélange comprenant principalement du méthane et un peu de dioxyde de carbone.

Mais la conversion des plantes ligneuses est difficile car la plupart des micro-organismes ont de la difficulté à décomposer la lignocellulose. Si l’on ajoute à cela les produits de protection du bois toxiques, cette tâche devient encore plus ardue.

Décontaminer le bois contenant de la créosote

Maintenant, Sameh Ali et Jianzhong Sun de l’université de Jiangsu, en Chine, ont découvert que les bactéries vivant dans la « super-termite » – Coptotermes formosanus – peuvent décontaminer le bois contenant de la créosote tout en décomposant la lignocellulose, ce qui facilite la conversion de ce bois en biocarburants dans des bioréacteurs anaérobies.

Les scientifiques ont isolé des bactéries dans les intestins de ces termites et ont sélectionné quatre espèces capables de décomposer la créosote. Ils ont ensuite cultivé ces bactéries dans des cultures liquides. Lorsque de la sciure de bois imbibée de créosote a été traitée avec le mélange bactérien pendant 12 jours, celui-ci a complètement éliminé deux produits chimiques toxiques – la naphtaline et le phénol. La teneur en lignocellulose a également été réduite.

Recycler le bois traité

Le produit ainsi obtenu a ensuite été soumis à une digestion anaérobie, qui a révélé que le prétraitement bactérien avait permis d’augmenter les rendements en biogaz et en méthane d’environ 58 % et 83 % respectivement. « S’il est possible de transposer ces expériences à plus grande échelle, cette approche pourrait être utile pour recycler le bois traité », explique Nathan Lo, de l’université de Sydney.

La créosote, qui peut être cancérigène, a longtemps été utilisée pour protéger le bois contre la pourriture et les insectes xylophages. Les traverses de chemin de fer, les poteaux téléphoniques et les poteaux de clôture en sont souvent imprégnés. Cependant, ces déchets de bois peuvent être dangereux à recycler ou à brûler. Ils finissent généralement dans des décharges, mais même là, ils libèrent des polluants dans l’atmosphère ou dans le sol.

Une solution durable et unique

« Le bois créosoté nécessite un traitement approprié afin d’éliminer la pollution et les risques pour la santé publique », explique M. Ali. Il suggère que sa transformation en biocarburants à l’aide de bactéries offre « une solution de décontamination durable et unique ».

Cette recherche a été publiée dans Bioresource Technology.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Le bois toxique transformé en biocarburant par les termitesmartinbiothechnologie
Les termites sont réputés pour dévorer le bois. Maintenant, il a été démontré que les bactéries présentes dans les intestins d'une espèce de termite pouvaient décomposer la créosote toxique, utilisée pour préserver le bois. Cette découverte pourrait être utile pour transformer les déchets de bois traités chimiquement en biocarburants. Des...